Maurice veut retrouver sa souveraineté sur Chagos et Tromelin

Le Premier ministre mauricien, Navin Ramgoolam, a déclaré, lundi au Parlement, que la priorité, pour Maurice, est de retrouver sa souveraineté sur l’archipel des Chagos, occupé actuellement par les Britanniques et les Américains et sur celui de Tromelin, par la France.

Répondant à une question du leader de l’opposition, Paul Bérenger, M. Ramgoolam a indiqué que le gouvernement va préparer sur la question des Chagos un nouveau mémorandum qui va être soumis au gouvernement britannique, lors des prochaines discussions de haut niveau entre les deux gouvernements.

Ce document, a-t-il poursuivi, élaborera les prises de position de Maurice sur le volet de la souveraineté et des autres questions relatives.

Il a dit avoir discuté avec le Premier ministre britannique du dossier des Chagos et de la souveraineté de Maurice sur cet archipel la semaine dernière, lors de sa visite à Londres.

« Nous avons abordé plusieurs questions: l’appel de Londres contre la décision de la Haute cour britannique autorisant les Chagossiens à regagner deux des îles, Peros Banhos et Salomon, l’expiration du bail des Américains sur les Chagos en 2016 et le retour de l’archipel à Maurice, aussi bien que les derniers développements avec les révélations au sujet de l’utilisation de la base américaine pour torturer des suspects terroristes d’al- Qaeda, en contravention aux dispositions des conventions internationales sur la torture », a-t-il déclaré.

Selon M. Ramgoolam, le Premier ministre britannique a pris note des inquiétudes mauriciennes qui seront soulevées, à nouveau, lors des prochaines consultations anglo-mauriciennes.

Le Premier ministre mauricien a dit avoir fait comprendre aux Britanniques que la question de souveraineté est la priorité pour Maurice.

Concernant Tromelin, M. Ramgoolam a dit que le principe de cogestion avec la France a été agréé et qu’un comité scientifique conjoint déterminera les champs d’activités possibles.

« Mais, j’ai fait clairement comprendre aux Français que c’était sans porter préjudice à la souveraineté de Maurice sur Tromelin », a-t-il précisé.

M. Ramgoolam a révélé que le président français lui a dit qu’il veut se démarquer de ses prédécesseurs et ne veut pas de contentieux entre la France et Maurice, avant de signifier son intention d’agir vite sur la question de cogestion de Tromelin.