Maurice : une femme interdite de mariage et menacée d’expulsion pour cause de sida

Une femme africaine qui projettait de se marier avec son concubin mauricien est sous la menace d’une expulsion après qu’un test a révélé qu’elle était porteuse du virus du sida. Une loi votée la semaine dernière à Maurice aspire pourtant à lutter contre la stigmatisation et la discrimination des personnes séropositives.

Une jeune femme africaine, dont le nom et la nationalité n’ont pas été divulgués, est menacée d’expulsion, parce que séropositive, alors qu’elle entamait des procédures de mariage avec son conjoint mauricien, a appris la PANA auprès de l’ONG PILS (Prévention-information-lutte contre le SIDA). Les deux conjoints, qui se sont rencontrés il y a quelques années dans un pays du continent, vivent avec leur fils à Maurice depuis le début de cette année.

Ils ont entrepris de se marier légalement mais dans le cas de mariages entre Mauriciens et étrangers, l’une des clauses de la loi du mariage civil requiert la présentation de certificats médicaux attestant que les conjoints ne sont pas porteurs de maladies infectieuses et contagieuses. Des tests sanguins ont révélé, selon PILS, que la jeune femme est séropositive.

Invitée à quitter Maurice avant le 12 août

« Cette information n’a pas influencé la décision de son conjoint de l’épouser ni sa famille de l’accueillir en son sein. Mais, selon la loi, cette femme n’a pas le droit d’épouser un Mauricien et ne peut donc prétendre à la nationalité mauricienne », a déclaré Dhiren Moher, président de cette ONG, lui-même séropositif et marié.

PILS a pris ce cas en considération et entamé des démarches en faveur de la femme mais le conjoint a reçu, ce mardi, une correspondance officielle du Bureau du Premier ministre l’informant que la femme doit quitter Maurice au plus tard le dimanche 12 août.

Une loi contre la stigmatisation des porteurs du virus votée la semaine dernière

Selon M. Moher, il y a une aberration concernant les lois en vigueur à Maurice. « D’un côté, celle sur le VIH/SIDA promulguée la semaine dernière parle de la protection des gens qui vivent avec le virus contre la stigmatisation, la discrimination et la ségrégation et de l’autre, une autre loi dit le contraire », a-t-il souligné.

M. Moher a appelé le Premier ministre, Navin Ramgoolam, et le président de la République, Sir Anerood Jugnauth, à de meilleurs sentiments, en leur rappelant le drame que subit une famille déchirée. « Il y va de l’image et de la réputation de Maurice dans la région et dans le monde ». Pas seulement.