Maurice parie sur l’effet Coupe du Monde

L’Autorité mauricienne pour la promotion du tourisme a invité l’équipe allemande de football, vice-championne du monde, pour une semaine de villégiature tous frais payés sur l’Ile. Un coup de pub pour drainer un nouveau flux de vacanciers allemands, troisième force touristique du pays.

Les hommes de Rudi Völler ont peut-être échoué en finale de la Coupe du monde contre le Brésil, mais ils n’ont pas tout perdu. Les autorités mauriciennes ont officiellement invité, mardi dernier, l’équipe nationale allemande de football pour une semaine de vacances tous frais payés sur l’Ile. Un coup de pub pour surfer sur l’effet Mondial et promouvoir la destination auprès des vacanciers allemands, le troisième flux touristique du pays.

« Il s’agit pour nous de faire de la publicité. Près de 58 000 Allemands ont choisi Maurice en 2001 pour leurs vacances. L’Allemagne, après la France (200 000 touristes, ndlr) et la Grande Bretagne (75 000 touristes, ndlr), est la troisième nation touristique à Maurice « , explique R. Tupsy, directeur marketing adjoint de la Mauricius tourism promotion authorité (MTPA, Autorité mauricienne pour la promotion du tourisme).

Troisième source de revenu national

Pourquoi inviter les vice-champions du monde et non les tenants du titre ?  » Parce que nous n’avons aucun tourisme brésilien à Maurice « , commente R. Tupsy. En hausse de 13,8% par rapport à 2001, le nombre de touristes allemands pourrait atteindre la barre des 70 000 en 2002. L’équipe allemande n’a pas encore répondu à l’invitation de Maurice. Si toutefois la Manchaft décide de s’offrir des vacances au soleil, elle devra en tout état de cause le faire avant la mi-août en raison des prochaines élections allemandes et de la reprise du championnat national.

Maurice a enregistré l’année dernière le passage de près de 660 000 vacanciers, essentiellement européens. Avec 18 milliards de roupies (611 millions d’euros) de chiffre d’affaires, le tourisme est, après la canne à sucre et le textile, la troisième source de revenu national. Il génère près de 50 000 emplois, directs ou indirects.