Martin Djedjes : « La BIAO est la seule banque qui offre ce que nous proposons aujourd’hui à la diaspora »

La banque ivoirienne vient d’ouvrir une représentation dans le 19ème arrondissement de Paris. Cette nouvelle agence a pour mission de servir de lien entre les Ivoiriens vivants en France qui souhaitent investir dans leur pays et les promoteurs immobiliers en Côte d’Ivoire. A cet effet, la BIAO Côte d’Ivoire (CI) organise, ce samedi, un salon de l’immobilier à destination de la diaspora ivoirienne. Martin Djedjes, son Administrateur Directeur Général, explique les ambitions de la banque.

Martin Djedjes est une grande figure du milieu bancaire ivoirien. Il s’est fait une réputation de redresseur d’établissements financiers en difficultés. En 2004, il remet sur pieds, en un an, ECOBANK Côte d’Ivoire, filiale de la banque panafricaine ECOBANK. En septembre 2007, BIAO Côte d’Ivoire, qui envisage de mettre en place une stratégie de développement sous régional, fait appelle à ses services. Il quitte alors Ecobank. Dans sa nouvelle fonction d’Administrateur Directeur Général de la BIAO CI, il vient de lancer la première agence de la BIAO en France, et organise un salon de l’immobilier à destination des Ivoiriens de France, ce samedi au Centre Paris-Est Montreuil. Afrik.com l’a rencontré.

Afrik.com : Pourquoi la BIAO CI ouvre-t-elle une agence en France à Paris ?

Martin Djedjes : D’abord, la diaspora ivoirienne et africaine en général font partie de nos principales cibles. Et cette diaspora est évidemment essentiellement installée en région parisienne. Etant une banque de détail et donc de proximité, il nous fallait nous rapprocher de cette clientèle. Nous ne pouvons pas traiter avec notre diaspora en étant à Abidjan ! Ce n’est pas possible, 10.000 km nous sépare. Nous avons choisi Paris aussi parce que, pour la plupart des pays d’obédience francophone, la France est le pays historiquement le plus proche. Et au point de vue sociologique et démographique, c’est le lieu où il y a le plus d’Ivoiriens installés à l’extérieur.
Par ailleurs, un événement qui s’est passé en mai 2008, nous a été aussi bénéfique: la COGID, la Confédération Générale des Ivoiriens de la Diaspora nous a demandé, de parrainer la journée de la diaspora ivoirienne à Paris. Toute cette journée, nous avons discuté avec les Ivoiriens qui étaient venus à cette manifestation, dans l’optique de recenser leurs besoins. Nous avons constaté que le plus récurrent de leurs besoins, j’en suis très heureux, c’est celui d’investir en Côte d’Ivoire, notamment dans l’immobilier. Mais en même temps qu’ils nous disaient cela, ils se plaignaient des leurs tentatives infructueuses du passé, certains nous ont dit qu’ils ont même été escroqués. Ils nous ont alors demandé de penser à trouver une solution pour qu’ils puissent investir en toute sécurité en Côte d’Ivoire à partir de la France. Nous avons réfléchi pour proposer une réponse à cette demande. Voilà comment est née l’idée de nous installer en France.

Afrik.com : C’est donc une réponse à une demande qui existait déjà ?

Martin Djedjes : Exact ! Une vraie demande qui existait et qui était exprimée. Nous avons fait des études de marché et des simulations qui le confirment. Le rôle de la BIAO dans ce projet, est de servir de pont entre les promoteurs immobiliers ivoiriens et les gens de la diaspora. Nous les mettons face à face pour qu’ils puissent se parler. Nous, nous allons ensuite assurer et le financement des programmes immobiliers qui vont être lancés en Côte d’Ivoire, et le financement des futurs acquéreurs de la diaspora. Nous suivrons le projet jusqu’à la fin et nous livrerons aux personnes qui prendront l’initiative d’investir en Côte d’Ivoire la clé de leur future maison.

Afrik.com : Vous avez, pour cela, choisi d’ouvrir une représentation ici en France. Vous auriez pu aussi travailler en partenariat avec une banque déjà installée dans l’Hexagone… Pourquoi ce besoin d’être présent sur place ?

Martin Djedjes : En tant que Banque traditionnelle, nous avions déjà des correspondants ici en France et partout dans le monde pour des opérations qui n’ont rien à voir avec ce que nous souhaitons faire actuellement. Nous n’allons pas demander à ces banques d’accueillir dans leurs agences les Ivoiriens de la diaspora ! La vocation de notre agence c’est de permettre, entre autres, aux Ivoiriens de la diaspora d’ouvrir des comptes et de faire toutes sortes d’opérations à la BIAO en Côte d’Ivoire en étant ici à Paris. Nous ne pouvons pas demander cela à un correspondant. Si l’un de nos clients en Côte d’Ivoire, veut régler, par exemple, son fournisseur en Allemagne nous pouvons traiter cela avec un correspondant. Mais cette initiative de financement des projets immobiliers pour la diaspora, nous ne pouvons pas la réaliser si nous n’avons pas les pieds à Paris. Parce que dans cette agence, il y aura une personne qui va recevoir les clients, leur donner des conseils et monter avec eux des dossiers de financement…

Afrik.com : Concrètement, quelle est démarche à suivre pour un Ivoirien qui souhaite construire une maison chez lui en passant par la BIAO CI ?

Martin Djedjes : Nous organisons un salon, ce samedi, nous avons répertoriés les meilleurs promoteurs immobiliers qui donnent une garantie de qualité au niveau des ouvrages et une garantie que les maisons seront bien achevées. Nous avons choisi des sociétés, comme la SICOGI, qui ont fait leur preuve et qui sont bien connues en Côte d’Ivoire. Une fois qu’un membre de la diaspora et une société se seront mis d’accord sur un projet, la BIAO demandera à cette personne d’ouvrir un compte sur ses livres à Abidjan. Sur ce point, je veux être très clair, l’investissement ne se fait pas en France. Le compte est en Côte d’Ivoire. Ensuite, le client doit épargner de l’argent parce que quand vous voulez acheter une maison le banquier va vous demander un apport personnel. Et donc, une fois cet apport fourni. La banque s’occupera du complément de financement.

Afrik.com : La BIAO, c’est aussi une banque africaine, est ce qu’un Africain de nationalité, autre qu’ivoirienne, qui souhaite investir dans son pays d’origine a la possibilité de passer par votre banque ?

Martin Djedjes : Pour le moment, non ! Il n’a pas cette possibilité. Mais un Africain installé en France qui souhaite investir en Côte d’Ivoire, s’il vient dans notre agence, sera traité de la même manière qu’un Ivoirien. Mais pour ceux qui veulent investir dans leur pays d’origine, ils attendront encore un peu. Ça va venir, cela fait partie de notre stratégie. La BIAO est dans une démarche de développement sous-régional.

Afrik.com : Quel est l’avantage pour un Ivoirien, vivant en France, de passer par votre agence pour investir dans son pays, quand il peut aussi traiter avec une banque française qui dispose d’une filiale en Cote d’Ivoire ?

Martin Djedjes : C’est au client de choisir sa banque. On peut être client d’une autre banque et choisir de mener un projet immobilier en Côte d’Ivoire avec nous. En ma connaissance, la BIAO est la seule banque qui offre ce que nous proposons aujourd’hui à la diaspora. Jusqu’aujourd’hui, aucune autre structure n’avait encore organisé un salon de l’immobilier pour la diaspora ivoirienne, personne n’avait encore mis face à face la diaspora ivoirienne et des promoteurs immobilier, personne n’a conçu et réalisé un programme de financement de l’immobilier en faveur de la diaspora. C’est la première fois que cela se passe. A partir de cela, je dis à la diaspora de faire son choix.

Afrik.com : En dehors des projets immobiliers, quels autres produits la BIAO CI offre à la diaspora ?

Martin Djedjes : Le transfert d’argent fait partie de nos produits. On peut transférer de l’argent en Côte d’Ivoire, à partir de notre agence sans forcément être client de la BIAO. En 15 minutes le destinataire pourra rentrer en possession de la somme qui lui a été envoyée. Nous avons étudié tous les tarifs du marché. Je peux vous dire que les prix que nous proposons sont très concurrentiels.

Afrik.com : Est-ce que vous envisagez de vous installer dans d’autre pays en Europe ou aux Etats-Unis ?

Martin Djedjes : Notre prochaine étape, c’est les Etats-Unis. Mais nous avons beaucoup à faire en France. Environ 127 000 Ivoiriens ont été dénombrés en région parisienne. Cela équivaut à une ville moyenne en Côte d’Ivoire. Nous pourrons donc avoir deux agences en Île de France et, pourquoi pas, ouvrir des agences en provinces. Cela fait partie de nos ambitions! Nous avons donc beaucoup à faire en France. Nous voulons être le plus proche possible de notre clientèle. Si demain des statistiques disent que c’est en Allemagne qu’il y a le plus grand nombre d’Ivoiriens, nous irons en Allemagne !

 Salon de l’immobilier pour la Diaspora Ivoirienne

Samedi 4 octobre à partir de 9h

Centre Paris-Est Montreuil
128, Rue de Paris
93100 Montreuil

  Agence BIAO CI à Paris:

45, rue Archereau
75019 Paris

 Site de la BIAO CI