Maroc : un siècle de pétrole

Les « quantités importantes  » annoncées par le Roi correspondent à 12 à 15 milliards de barils pour le Maroc.

Le Maroc détient 12 à 15 Milliards de barils. Ces réserves pourront lui permettre de faire face à sa propre consommation pour les 100 ans à venir. La volatilité des cours de pétrole et l’isolement du Maroc par rapport à ses voisins producteurs de pétrole rendent ces réserves déterminantes pour le pays.

Le premier forage de Talsint du nom de Sidi Belkacem annonce les couleurs. Sa production serait estimée à 100 millions de barils au premier étage, et à environ 130 millions pour le second étage. De source bien informée, 70 à 100 forages sont prévus dans la région.

La région de Talsint dans son intégralité présenterait des réserves équivalentes à 1 milliard et demi ou à deux milliards de barils par an. Grâce à cette manne pétrolière, cette région du pays jusqu’ici oubliée va connaître une résurrection. La preuve en est la série d’installations GSM auxquelles procède Maroc Telecom dans l’agglomération.

Regain d’intérêt pour Talsint

Depuis, le Maroc se révèle d’un grand intérêt pour les sociétés pétrolières, comme Shell, en charge d’une partie des exploitations off-shore. L’une d’elle est prévue au large de Casablanca, selon le porte-parole du gouvernement, dans les trois semaines à venir. D’après le quotidien, Le  » Matin du Sahara et du Maghreb « , la loi sur les carburants s’avère très intéressante pour les compagnies pétrolières. Ces dernières bénéficieront, entre autres, d’une exonération d’impôts sur 10 ans. Une quinzaine de firmes sont déjà concernées.

L’exportation bien qu’à l’ordre du jour ne débuterait que dans les trois prochaines années. Le Maroc veille cependant sur ses intérêts au travers de l’Office national des recherches et des explorations pétrolières (ONAREP).