Maroc : un journaliste arrêté après le reportage « Aux royaumes du shit » de Canal+

Après la diffusion sur la chaîne française Canal+ du documentaire intitulé Aux royaumes du shit, qui est une immersion dans la production et la contrebande de cannabis dans le nord du Maroc, un journaliste a été arrêté au royaume chérifien.

Les autorités marocaines ont arrêté un journaliste après la diffusion du documentaire, le 18 novembre, sur la chaîne française Canal+ et intitulé « Aux royaumes du shit », qui n’est rien d’autre qu’une immersion dans la production et la contrebande de cannabis dans le nord du Maroc.

Après avoir interrogé le journaliste sur sa participation au documentaire de Canal+ consacré au commerce de cannabis au Maroc, « Mohammed Drissi Kamili a été arrêté, lundi, dans sa maison familiale située à Casablanca. Il se trouve actuellement en prison près de la ville de Chefchaouen, dans le nord du Maroc », a indiqué Ali Amar, directeur du site Ledesk.ma, qui dit toute sa préoccupation après cette arrestation. « Il n’a pas pris part au tournage ou au montage mais a facilité le travail des équipes sur place », a ajouté le patron du site.

De son côté, Marc Berdugo, le propriétaire de Magneto Presse qui a produit le documentaire pour Canal+, a assuré que le journaliste « ne connaissait pas le contenu du film et n’avait pas participé au tournage, mais nous avait seulement donné le numéro de téléphone d’un des agriculteurs ». Diffusé le 18 novembre sur la chaîne française Canal+ et intitulé « Aux royaumes du shit », le documentaire, est une immersion dans la production et la contrebande de cannabis dans le nord du Maroc. Il révèle notamment « l’implication » de la police et des garde-côtes dans des pots-de-vin pour faciliter l’acheminement de la drogue vers le continent européen.

La famille de Mohammed Drissi, directeur artistique du site Ledesk.ma, a confié que la gendarmerie royale avait interrogé le journaliste sur sa participation au documentaire, avant de présenter son dossier à un juge d’instruction, qui l’a également interrogé et décidé de le déférer au parquet, le 16 décembre. En attendant sa comparution devant le tribunal. Son avocat n’a pas encore pu le voir. Le rapport 2014 de l’Organe international de contrôle des stupéfiants indique que le Maroc demeure le « premier producteur de résine de cannabis du continent et l’un des premiers au monde ».