Maroc : un 4e projet d’accord sur la crise libyenne en négociations

Les représentants des deux gouvernements libyens négocient un quatrième projet d’accord à Skhirat, une station balnéaire près de Rabat, au Maroc.

Le Maroc tente de jouer la médiation entre les représentants des deux gouvernements concurrents en Libye, depuis lundi. Ils sont en discussion pour aboutir à un accord permettant de mettre fin à la crise libyenne.

Bernardino Leon, le représentant de l’Organisation des Nations Unies (ONU), qui supervise les négociations, a indiqué que la récente avancée de l’organisation de l’Etat islamique en Libye doit pousser les protagonistes à s’entendre. Ce groupe armée djihadiste s’est notamment emparé de l’aéroport de Syrte, au centre du pays.

Réaction « positive »

La réaction des représentants libyens à ce nouveau projet d’accord a été jugée « positive » par l’ONU, rapporte Le Figaro. Bernardino Leon, qui devait s’entretenir séparément avec les différentes parties, dans la matinée de mardi, a confirmé la tenue d’une réunion à Berlin « dans les 24 heures ». Les libyens devraient rencontrer les dirigeants européens ainsi que des émissaires des pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU.

Depuis l’assassinat de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est en proie à la guerre civile et est devenue une voie d’accès privilégiée pour les migrants à destination de l’Europe en passant par la Méditerranée.

Deux gouvernements sont aux prisues : n est à Tripoli, la capitale libyenne, soutenu par les forces d’Aube de la Libye, l’autre est à Tobrouk à l’est du pays. Il est le seul reconnu par la communauté internationale.