Maroc : trois ressortissants français condamnés pour terrorisme

Trois ressortissants français ont été condamnés jeudi à quatre mois de prison ferme dans des affaires de terrorisme, avant d’être expulsés ce matin du Maroc.

Selon les information de l’agence de presse marocaine MAP, trois ressortissants français ont été condamnés jeudi à quatre mois de prison ferme dans des affaires de terrorisme, avant d’être expulsés ce matin du Maroc.

Le principal accusé a été condamné par un tribunal de Salé, près de Rabat, à deux ans de prison dont quatre mois ferme pour « constitution de bande criminelle en vue de préparer et commettre des actes terroristes dans le cadre d’un projet collectif, indique ce vendredi l’agence MAP. Selon l’agence, deux autres ressortissants français ont été reconnus coupables de « non dénonciation d’un crime terroriste », écopant d’une année de prison dont quatre mois ferme. Leurs identités n’ont pas été dévoilées. Poursuivi dans la même affaire, un quatrième Français, identifié par ses initiales (T.M.), a lui été acquitté de l’ensemble des charges. Les peines prononcées ont toutes été purgées dans le cadre de la détention préventive, et « la Cour a décidé de l’éloignement de l’ensemble des accusés du territoire national », selon l’agence MAP.

Les quatre accusés français ont également été expulsées ce vendredi matin du territoire marocain à destination de la France. Le Maroc et la France comptent chacun plus d’un millier de ressortissants dans les rangs d’organisations comme le groupe Etat islamique (EI). Face au phénomène, Rabat, a renforcé sa lutte contre le terrorisme.

C’est pour renforcer le partenariat dans le domaine de la sécurité entre Rabat et Paris, que le ministre français de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, s’est rendu le 14 février 2015, au Maroc, où il rencontré, son homologue Mohamed Hassad, et le Premier ministre Abdelilah Benkirane. Il s’agissait de la première personnalité politique à se rendre dans ce pays d’Afrique du Nord, depuis la fin de la brouille diplomatique entre Paris et Rabat. La coopération sécuritaire entre la France et le Maroc a été au centre des discussions, notamment avec l’engagement ferme des deux pays à lutter contre le terrorisme.