Maroc-Sahara occidental : le conflit s’invite au Conseil européen

Mercredi dernier, le conflit au Sahara occidental s’est invité au Conseil de l’Europe qui s’est tenu à Strasbourg.

Mercredi dernier, le conflit au Sahara occidental s’est invité au Conseil de l’Europe qui s’est tenu à Strasbourg. La rapporteuse de la commission des affaires politiques et démocratiques de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, Liliane Maury Pasquier, a présenté un premier rapport intitulé « Contribution du Conseil de l’Europe à une solution au conflit du Sahara occidental ».

Reporter.dz indique que Maury Pasquier, qui a été chargée par le Conseil de l’Europe d’élaborer un rapport sur la situation au Sahara occidental, s’est déplacée, en mai et octobre derniers, « dans les camps des réfugiés sahraouis ». Le site rapporte que ces deux visites ont été l’occasion pour la représentante du Conseil de l’Europe « d’effectuer un travail de terrain et d’examiner comment l’Europe pourrait éventuellement apporter sa contribution à la résolution de ce conflit qui ne fait que perdurer ».

A cette occasion, deux représentants de la société civile sahraouie, en l’occurrence Ghalia Adjimi de l’Association sahraouie des victimes des violations des droits de l’Homme commises par l’Etat marocain, et Mtou Mostafa Ahnini, membre de l’Association des parents des détenus et disparus sahraouis, auraient apporté leurs témoignages dans le but d’éclairer les parlementaires européens, indique Reporter.dz. La rencontre des militants sahraouis avec la représentante du Conseil européen se serait déroulée en présence du représentant du Polisario à Rome, Amih Amar, et son adjointe Fatma Mahfoudh.

Ghalia Adjimi aurait saisi cette occasion pour « réfuter les allégations du Maroc » quant au développement démocratique « prétendu » dans le territoire du Sahara occidental. Elle aurait aussi évoqué « des violations continues des libertés fondamentales du peuple sahraoui »..

De son côté, Mtou Ahnini aurait eu à témoigner sur le sort des disparus et le droit de leur proches à récupérer leurs corps.