Maroc, Sahara : le mandat de la MINURSO prorogé ?

Le Conseil de sécurité de l’ONU pourrait recourir à une prorogation technique du mandat de la MINURSO de deux mois supplémentaires.

Le ministère espagnol des Affaires étrangères a annoncé que le Conseil de sécurité pourrait recourir à une prorogation technique du mandat de la MINURSO de deux mois supplémentaires.utilisé cette option.

A défaut d’un accord entre ses membres, le Conseil de sécurité pourrait prononcer, le 30 avril 2016, une prorogation technique du mandat de la MINURSO de seulement deux mois supplémentaires. Une option que le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Margallo, n’a pas exclue dans des déclarations à la presse de son pays. Ce prolongement technique avait été décidé par les Quinze en 2003 pour laisser davantage de temps au Maroc et au Polisario d’examiner le Plan Baker II, prévoyant l’organisation d’un référendum au Sahara au terme d’une période transitoire d’autonomie de cinq années.

Le recours à une telle solution traduirait les profondes divergences entre les Quinze sur cette question du Sahara Occidental. Depuis l’expulsion en mars dernier par le Maroc de 84 membres de la composante civile et politique de la MINURSO, dans le cadre de sa confrontation avec le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, deux camps s’affrontent au sein du Conseil de sécurité.

D’un côté, ceux qui défendent la position du Royaume chérifien et appellent à un règlement négocié de la crise : Espagne, France, Japon, Sénégal, Egypte. De l’autre côté, les partisans d’une résolution du CS condamnant Rabat et lui enjoignant le retour immédiat des Casques bleus : Venezuela, Uruguay, Grande-Bretagne et Etats-Unis.