Maroc, Sahara : Ban Ki-moon répond aux critiques de Mohammed VI

Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies, réplique aux discours du roi Mohammed VI de Ryad, défendu la « neutralité » de ses collaborateurs.

Par l’intermédiaire de son porte-parole, le Secrétaire général des Nations Unies réplique aux discours du roi Mohammed VI de Ryad. Ban Ki-moon a en effet défendu la « neutralité » de ses collaborateurs, prouvant une fois de plus que la tension entre le Maroc et Ban Ki-moon est encore loin de retomber.

Le discours du roi Mohammed VI prononcé à l’occasion du premier sommet Maroc-Etats du Golfe, tenu mercredi 20 avril 2016 à Ryad n’est pas passé inaperçu chez Ban Ki-moon qui n’a pas tardé à répondre. Stephan Dujarric a défendu, lors d’un point de presse tenu jeudi à New York, l’ « objectivité » et la « neutralité » des proches collaborateurs du Sud-coréen, relève Yabiladi.

En réponse à une question d’un journaliste, le porte-parole a précisé que « leur unique allégeance est à la charte des Nations Unies. Ils sont au service du Secrétaire général. Et c’est dans ce cadre-là qu’ils prodiguent leurs conseils » à Ban Ki-moon. Stephan Dujarric a révélé que le Maroc et l’ONU avaient négocié durant les dernières semaines une issue à la crise mais qu’actuellement c’est le Conseil de sécurité qui a la main.

Lire sur le sujet : Sahara Occidental, Maroc : Mohammed VI charge Ban Ki-moon

Mercredi dans la capitale saoudienne, Mohammed VI du Maroc s’était demandé ce « que peut faire le Secrétaire général alors qu’il est l’otage de certains de ses collaborateurs et de ses conseillers, auxquels il délègue la supervision de la gestion de nombre de dossiers importants, en se contentant, lui, d’appliquer les propositions qu’ils lui présentent ? ».

Stephan Dujarric a toutefois précisé que « le futur de la mission au Sahara occidental est entre les mains du Conseil de sécurité », ajoutant que le Secrétariat général a remis son rapport le 18 avril et qu’il attend de voir les débats des Quinze et les mesures qu’ils vont prendre en conséquence.