Maroc, pourquoi les vols vers la Russie sont suspendus

Un avion de la compagnie aérienne Royal Air Maroc
Un avion de la compagnie aérienne Royal Air Maroc

Les liaisons aériennes entre le royaume du Maroc et la Russie sont suspendues, à partir de ce mardi 5 octobre, a annoncé l’ambassade russe au royaume. Pour quelles raisons ?

« Les vols directs entre le Maroc et la Russie seront suspendus, à partir de ce mardi 5 octobre, et ce jusqu’à nouvel ordre… Les vols en transit à travers des pays tiers ne sont pas soumis à ces restrictions », a annoncé l’ambassade Russe au Maroc, ce même mardi.

La représentation diplomatique russe au royaume chérifien a toutefois invité les passagers des vols directs annulés à prendre en compte ces informations. Si aucune précision n’a été donnée par les deux pays quant à ces nouvelles dispositions entre la Russie et le Maroc, les spéculations vont bon train.

Par exemple, une source du journal Le360 a assujetti la suspension des vols entre le Maroc et la Russie à la situation sanitaire inquiétante, liée notamment à la maladie à Coronavirus, qui maintient une cadence relativement dangereuse au royaume chérifien, depuis quelques mois déjà. Mais la situation est tout de même pire en Russie où les morts se comptent par centaines au quotidien.

Le dernier bilan de la situation épidémiologique, dans ce pays d’Afrique du Nord, fait état de 895 cas de personnes déclarées positives à la maladie, pour 62 décès enregistrés au cours de ces dernières 24 heures. A ce jour, le Maroc compte plus de 936 000 cas de Coronavirus, pour un total de plus de 14 350 décès. Quant à la Russie, ce sont pas de 800 personnes en moyennes qui sont emportées chaque jour, par la maladie.

Suffisant pour que les autorités russes prennent leurs dispositions, afin d’éviter d’importer des cas de Coronavirus sur leur sol. Surtout qu’il est souvent fait état de faux tests de Covid-19 au Maroc, avec des arrestations de faussaire en cascades. Ainsi, Royal Air Maroc (RAM), S7 Airlines et Aeroflot sont les compagnies qui seront affectées par cette décision.

A lire : A la traque des faux tests PCR au Maroc