Maroc : plateforme mondiale de l’énergie pendant 4 jours

La septième édition du salon de l’énergie aura lieu à Casablanca, au Maroc, du 17 au 20 octobre. Cette manifestation est organisée par la Fédération marocaine de l’électricité, de l’électronique et des énergies renouvelables (FENELEC), en collaboration avec l’agence allemande Fairtra et Forum 7.

Trois salons en un. La Fédération marocaine de l’électricité, de l’électronique et des énergies renouvelables (FENELEC), organise, en partenariat avec l’agence allemande Fairtra et Forum 7, du 17 au 20 octobre 2012, la septième édition du salon Elec expo, la deuxième édition du salon Ener Event et la première édition du salon international des Composantes, des systèmes et applications électroniques Tronica Expo. Durant quatre jours, l’Afrique confirmera sa place incontournable en termes d’énergie sur le plan international.

Le Maroc en croissance constante

Les exportations marocaines dans le monde de produits électrotechniques justifient la volonté du pays de vouloir organiser ce nouveau rassemblement de l’énergie. Elles ont atteint une hausse de 18 % en 2011. En clair, 2,249 milliards d’euros contre 1,906 milliards d’euros en 2010 et 1,470 milliards d’euros en 2009. Les importations aussi sont en augmentation depuis 2009. Le pays enregistre une hausse de 1% en 2011, atteignant 2,990 milliards d’euros contre 2,931 milliards d’euros en 2010 et 2,524 milliards en 2009 avec comme principaux fournisseurs : la France, l’Espagne, la Chine, l’Allemagne et l’Italie.

Cette année, l’invité d’honneur sera la France. En plus d’entretenir des relations historiques avec le royaume, l’hexagone est son premier partenaire économique. Les deux pays ont enregistré en 2010 un volume d’échanges de biens électrotechniques de 1 292 milliards d’euros. D’après Emarrakech, les exportations françaises vers le Maroc représentent 867,4 millions d’euros. Et inversement, les exportations marocaines vers la France représentent 425,4 millions d’euros. Au total, les échanges entre les deux pays s’élèvent à 6.82 milliards d’euros, soit une progression de 14,4%.

Le solaire au cœur de l’énergie marocaine

Le Maroc, dépendant de ses importations pétrolières, agit depuis plusieurs années pour développer ses propres énergies comme le solaire ou l’éolien. Il est classé au neuvième rang mondial, ex-æquo avec la France, en termes d’attractivité d’investissements dans ce domaine. « Étant un pays très proche de l’Europe, le Maroc a toutes les chances de passer du stade d’importateur d’énergie au stade d’exportateur. Le pays possède un excellent potentiel dans l’énergie solaire et un potentiel signifiant dans l’énergie éolienne afin de devenir un fournisseur d’énergie pour l’Europe », explique le rapport « Renewable energy country attractiveness indices » publié en février par le cabinet anglais Ernst & Young.

D’ailleurs, le Maroc a été choisi parmi l’Algérie et la Tunisie pour démarrer le gigantesque projet allemand Désertec investissement de deux milliards d’euros, soutenu par de grandes entreprises telles que Siemens, E.on, la Deutsche Bank, Enel en Italie ou encore Saint-Gobain en France. Sa proximité avec l’Espagne, à quelques quinze kilomètres du royaume, a fait pencher la balance en sa faveur. Deux à quatre ans de travaux sont prévus à l’issu desquels une éléphantesque centrale solaire verra le jour. Celle-ci devrait produire de l’électricité dès fin 2014. Et de manière plus générale, en 2050, l’Afrique pourrait fournir 15% des besoins européens en électricité.