Maroc : objectif 2020, 20 millions de touristes

La baisse du tourisme au Maghreb a poussé le Maroc à revoir sa politique. Le royaume se fixe de nouveaux objectifs à atteindre avant 2020, dont le principal est d’attirer chaque année un million de visiteurs supplémentaires.

Objectif 2020 : un million de touristes supplémentaires par an au Maroc, pour atteindre le chiffre de 20 millions. Un dur labeur pour le royaume, dans un contexte où le monde arabo-berbère-musulman est instable. Le pays, jusque-là épargné des grands troubles, reste néanmoins une terre fertile pour des djihadistes en herbe. Un fléau que les autorités sont déterminées à éradiquer avec les démantèlements fréquents de filières terroristes durant ces trois dernières années. Mais au-delà de ce phénomène, les touristes étrangers se plaignent surtout de la mendicité à chaque coin de rue, dans certaines villes du pays et du racket commercial. Un problème qui a de quoi miner l’envie de visiter ce pays d’Afrique du Nord, si l’hospitalité et de beaux paysages n’étaient pas là pour le faire oublier. D’ailleurs, le World Economic Forum classe le Maroc au 3e rang mondial, en termes d’hospitalité. En 2013, le royaume serait parvenu à attirer 9% de touristes en plus par rapport à 2012.

En outre, une période de profonde mutation attend le Maroc, suite à la nouvelle feuille de route mise en place par l’Office national marocain du tourisme (ONMT). L’industrie touristique marocaine doit s’adapter aux nouvelles formes et exigences du voyage d’aujourd’hui.

Stratégies de relance

Le directeur de l’ONMT, Abderaffie Zouiten, a exposé, le 4 septembre dernier à Casablanca, sa stratégie pour conquérir chaque année un million de touristes de plus. Tout un chantier de rénovation qui s’étalera de 2014 à 2016, à commencer par une vaste restructuration des services de l’Office du tourisme, dont le développement de nouvelles délégations pour améliorer les systèmes d’informations existants et optimiser les ressources humaines et financières de l’organisme.

La hausse de 9% annoncée par les autorités marocaines, ne suffira pas à atteindre les objectifs de 2020. L’ONMT souligne « l’importance de la mise en place de partenariats solides, aussi bien avec les tour-opérateurs qu’avec les opérateurs sur le web, afin d’encourager les touristes à réserver directement via ce canal », explique Abderaffie Zouiten. Ce dernier estime que « les festivals, manifestations culturelles ou encore les rencontres économiques d’envergure internationale » doivent être utilisés pour « vendre le Maroc dans sa dimension historique culturelle, politique et géographique ».

Les réseaux sociaux entrent en jeu

Zouiten entend relever le niveau de la qualité touristique au Maroc. « L’ONMT fait de la qualité l’une des clés majeures de la réussite de la destination Maroc, a-t-il affirmé, notant qu’elle doit intervenir à toutes les étapes pour offrir aux touristes des prestations répondant aux plus hauts standards », indique-t-il.

L’ONMT compte bien profiter des réseaux sociaux pour faire marcher sa communication et diffuser son message de « qualité ». Mais là aussi, Zouiten a du pain sur la planche. Car pour l’heure, l’ONMT ne dispose toujours pas de compte Twitter et l’on dénombre que 65 malheureux like sur sa page Facebook. Rendez-vous en 2020 pour savoir si l’objectif « un million de touristes supplémentaires chaque année » est atteint !