Maroc : Mohammed VI fait recadrer le ministre Nabil Benabdellah

En réponse aux critiques du ministre de l’Habitat et de la Politique de la ville, Nabil Benabdellah, concernant l’entourage du roi, Mohammed VI a instruit son cabinet de recadrer le « récalcitrant ».

Dans un communiqué publié ce mardi 13 septembre 2016 en réponse aux critiques du ministre de l’Habitat et de la Politique de la ville Nabil Benabdellah concernant l’entourage du roi, le cabinet royal a recadré le « rebelle ».

Le communiqué relayé par la Map indique que « M. Nabil Benabdellah, ministre de l’habitat et de la politique de la ville et secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme (PPS), avait donné récemment une déclaration à un hebdomadaire, dans laquelle il considère que ’’sa formation politique n’a pas de problème avec le parti Authenticité et Modernité (PAM) mais avec la personne qui se trouve derrière ce parti’’, en précisant que la personne sous entendue est ’le fondateur de ce parti qui incarne l’autoritarisme ».

Pour le cabinet royal, il « semble clair que cette déclaration, qui intervient après d’autres déclarations tout aussi irresponsables de M. Nabil Benabdellah, n’est qu’un outil de diversion politique en période électorale, qui requiert de s’abstenir de lancer des déclarations non fondées et d’utiliser des concepts qui portent atteinte à la réputation de la patrie et à l’intégrité et la crédibilité des institutions, dans une tentative de gagner des voix et la sympathie des électeurs ».

Le cabinet royal, évoquant des déclarations en contradiction avec la Constitution et les lois du pays, « tient à lever toute équivoque au sujet de ces déclarations eu égard à leur caractère important et dangereux, d’autant plus qu’elles émanent d’un membre du gouvernement et que la personne visée occupe actuellement la fonction de Conseiller de SM le Roi et elle n’a plus aucune relation avec l’action partisane ».

Les conseillers royaux « n’agissent que dans le cadre de leurs fonctions, en suivant les hautes instructions précises et directes qui leur sont données par Sa Majesté le Roi », souligne le cabinet royal.