Maroc : Mohammed VI a-t-il gracié des terroristes ?

Le roi du Maroc, Mohammed VI

Saisissant l’opportunité de la commémoration du Manifeste de l’indépendance, le roi du Maroc, Mohammed VI, a accordé sa grâce à 265 personnes, dont huit femmes condamnées pour terrorisme.

Selon le 360, ces huit femmes graciées par le souverain avaient adhéré aux idéaux de Daech et se préparaient à mener des opérations-suicide contre des installations sensibles au Maroc. Elles faisaient partie d’une cellule terroriste proche de l’organisation Etat islamique, démantelée par le Bureau Central des Investigations Judiciaires (BCIJ), en octobre 2016.

Mieux, ajoute le journal, certaines d’entre elles ont des liens familiaux avec des combattants marocains dans les rangs de l’organisation Etat islamique, ainsi qu’avec certains partisans de groupes islamistes extrémistes. La grâce royale intervient après que ces femmes aient suivi avec succès le programme « Réconciliation », lequel, selon Bladi, avait été lancé en 2017 par la Délégation générale à l’Administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR), en faveur des détenus impliqués dans des affaires d’extrémisme et de terrorisme.

les journaux marocains précisent qu’il s’agit d’un programme dont l’objectif est d’offrir aux détenus un accompagnement psychologique et intellectuel, dans le but de faciliter leur réinsertion dans la société. Avant cette grâce, les huit détenues avaient donné des preuves de leur rejet total des idéologies extrémistes et le terroristes, exprimant par ailleurs leur attachement au respect des valeurs du royaume.

La Commission mixte de défense des détenus islamistes a révélé l’identité de ces huit femmes. Il s’agit de Lamia Azi, originaire de Sidi Slimane, Chaimae El Hassani, Meriem Mekki et Fatima Al Jabbari de Kénitra, Soukaina El Abaoui et Hanane Zaimi de Tan-tan, ainsi que les deux soeurs Zineb et Meriem Makboul de Ain Taoujdate.