Maroc : Les grands oubliés d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer touche près de 50 000 Marocains, selon l’Association Maroc Alzheimer. Pourtant, peu d’actions sont menées pour accompagner les malades. Par manque de moyens, l’association a été obligée d’annuler un colloque international prévu le 21 septembre 2011.

La maladie d’Alzheimer aurait-elle atteint le gouvernement marocain ? En tous les cas, les responsables politiques n’ont pas l’air de savoir que près de 50 000 Marocains sont touchés par ce mal, selon les estimations de l’Association Maroc Alzheimer dont la présidente est Khadija Tantaoui. Il s’agit d’une maladie neurodégénérative incurable du tissu cérébral qui entraîne la perte progressive et irréversible des fonctions mentales. Depuis plusieurs mois, Maroc Alzheimer organise, en partenariat avec plusieurs organisations internationales, laboratoires et chercheurs dans le monde, un colloque international à Casablanca. Seulement, à quelques jours de l’événement, l’association a appris que son plus gros mécène ne financera finalement plus le projet. « C’est avec un très grand regret que le comité organisateur du Colloque a dû prendre la décision de renoncer à la tenue de l’événement », à annoncé Maroc Alzheimer dans un communiqué.

C’est un moment rempli d’espoir et d’entraide qui tombe à l’eau. Ce colloque devait être l’aboutissement d’une réflexion majeure sur les différentes formes de la maladie d’Alzheimer. « Un moment d’échanges et de partage d’expertises afin de se doter de stratégies d’intervention prometteuses qui répondent efficacement aux multiples besoins de la population », indique le communiqué. Au total, 32 conférenciers en provenance de douze pays avaient répondu présent.

Que fait le gouvernement ?

Force est de constater que les pouvoirs publics n’ont pas eu l’air de se sentir concernés par la tenue de cet événement. Que faut-il faire pour que ceux-là s’investissent davantage ? Attendre qu’un proche du ministre marocain de la Santé, par exemple, soit atteint par cette pathologie ? Ce serait tout de même désolant… Pour l’heure, ce sont les familles des malades qui assurent seules le soutien moral et financier. Un traitement coûte aux environs de 1200 dirhams par mois (120 euros). A cela ajoutons d’autres dépenses tel que l’achat de couches pour ceux qui en ont besoin, environ 120 à 150 dirhams le paquet de vingt (12 à 15 euros). Le total peut s’avérer très cher à la longue pour les petits revenus.

Certaines personnes ne savent même pas qu’elles sont atteintes de la maladie d’Alzheimer et trainent avant d’aller voir un médecin. Un plan de prévention d’envergure devrait être envisagé dans le royaume chérifien…

Un courage psychologique

L’un des drames de la maladie d’Alzheimer est la souffrance qu’elle occasionne dans l’entourage. La culpabilité atteint très facilement les familles des malades. Les enfants se retrouvent dans la peau des parents. Ils sont parfois contraints d’être autoritaires, envers leur mère, leur père, pour les forcer à manger par exemple. Certains proches développent des maladies allant même jusqu’à la dépression, a affirmé au magazine Telquel le professeur Mustapha El Alaoui Faris, neurologue à l’hôpital des spécialités de Rabat. Pour permettre aux familles de souffler, l’association Maroc Alzheimer organise des séances où elles ont la possibilité de discuter avec des psychiatres et des neurologues.

Même si les malades comprennent mal les mots, ils conservent toutefois leur faculté à distinguer gestes affectifs ou mouvements d’irritation et savent parfaitement les interpréter. Bien qu’établir une communication orale avec eux soit parfois difficile, ils entendent parfaitement le langage du corps.

Au Maroc on dit d’un vieillard qui perd la mémoire : “Chref ou kherref” (ndlr : « il a vieilli et son cerveau s’est ramolli »). Sauf que dans certains cas il peut s’agir de la maladie d’Alzheimer, d’où la nécessité d’effectuer une importante campagne de prévention. Cela fait des années que les militants tirent la sonnette d’alarme. Mais qu’attend le gouvernement pour agir efficacement ?