Maroc : Le vrai-faux sex-shop de Casablanca

Un sex-shop marocain aurait ouvert ses portes à Casablanca il y a quelques jours dans le quartier populaire de Jamila. Après la révolution des peuples, place à la révolution du sexe !

Non, vous ne rêvez pas. Casablanca serait devenue la nouvelle capitale maghrébine du sex-shop ! Son ouverture a été annoncée par une campagne marketing utilisant, entre autre, la distribution de prospectus. Le bouche-à-oreille a parfaitement fait le reste du boulot. Mais bizarrement, lorsque l’on compose l’un des numéros inscrits sur les flyers, la personne au bout du fil affirme qu’elle n’est pas à l’origine de ces tracts. Info ou intox ? Peu importe, le coup de buzz est bel et bien réussi.

A la question « Dirigez-vous un sex-shop ? », notre interlocuteur assure que « non » et qu’il s’agit d’un « dispositif médical ». « Nous vendons des crèmes lubrifiantes, des produits pour agrandir le pénis ou les seins, des sous-vêtements et autres objets destinés à stimuler les ébats sexuels ». Le b.a.-ba comme diraient certains.

Et les sextoys alors ?

Il paraît tout de même étrange que les dirigeants aient obtenu les autorisations pour l’ouverture de ce sex-shop alors que la veille un restaurant fermait ses portes sur décision de justice pour avoir servi de l’alcool à des musulmans. La loi marocaine interdit l’importation et la vente d’objets sexuels tels que les sextoys. Aurait-elle changé ? Non, en fait ils ne vendent tout simplement pas de sextoys mais uniquement des produits « soft », selon notre interlocuteur qui a souhaité garder l’anonymat. Des produits que l’on peut trouver en pharmacie et parapharmacie pour améliorer les performances sexuelles. Le but est donc de rassembler dans un seul et même endroit toute une panoplie de produits destinés à égayer la sexualité des couples mariés. La boutique serait installée loin des regards indiscrets dans le quartier populaire de Jamila. Curieux, curieuses, circulez car la devanture de la boutique est loin de ressembler aux sexshops de Pigalle, à Paris.

C’est au Bahreïn que le tout premier sex-shop, Darkhadija (la maison de Khadija), a ouvert ses portes dans un pays arabo-musulman. Ironie du sort, c’est une femme qui porte le voile qui en est à la tête. Ces sex-shops dit « halal » sont des lieux où les couples mariés, et uniquement eux, peuvent avoir accès à la plénitude du sexe. Ce business « islamiquement correct » ne devrait pas poser de problème étant donné que la religion musulmane encourage la jouissance sexuelle chez les couples mariés.

Lire aussi :

 El Asira, sex shop halal sur le net

 Tunisie-Egypte : Croisade contre les sites pornographiques