Maroc : le soufflet royal de Mohammed VI à Benkirane


Lecture 2 min.
arton37645

Le Premier ministre marocain, Abdelilah Benkirane, en guerre contre le Haut commissariat au plan, s’est royalement fait recadrer par Mohammed VI. Le souverain alaouite a, dans un communiqué, fermement soutenu cette institution.

Le roi du Maroc, Mohammed VI, a, par le biais d’un communiqué du cabinet royale, implicitement recadré son Premier ministre, Abdelilah Benkirane. Pourtant adulé par ce dernier, le souverain a tenu à « réaffirmé la nécessité de préserver l’autonomie du Haut commissariat au plan (HCP) en tant qu’institution officielle de l’information statistique, économique, sociale et culture ». Mais que s’est-il donc passé ?

Suite à une offensive lancée par le gouvernement Benkirane contre le Haut commissaire au plan, le roi a accepté de recevoir mercredi dernier le responsable du HCP, Ahmed Lahlimi. Il n’aura fallu que quelques minutes pour que Lahlimi expose le problème et que le roi lui donne raison.

De passage à la deuxième chambre, Abdelilah Benkirane, pas plus tard que mercredi, accusait une nouvelle fois le Haut commissaire au plan de tenter de politiser les chiffres du HCP. Le chef islamiste du gouvernement fait allusion à la proximité de Lahlimi avec l’USFP auquel il appartient. Ce parti de gauche est réputé pour sa vive opposition à l’Exécutif dominé par le Parti Justice et Développement (PJD), dont est issu Benkirane.

Des chiffres qui font mal

Ce qui déplaît à Benkirane sont les chiffres que publie le HCP à propos des perspectives économiques. Pour l’année 2014 par exemple, alors que le gouvernement a annoncé une croissance de 4,2%, le HCP affirme qu’elle n’excèdera pas 2,4%. Un désaveu pour Benkirane qui, depuis plusieurs semaines, s’est lancé dans une guerre des chiffres avec le HCP, ce qui a d’ailleurs poussé Lahlimi à entreprendre une sortie médiatique qui a fait la Une de la presse nationale.

Mardi dernier, le ministre des Affaires étrangères générales, Mohamed El Ouafa, a annoncé la création d’une agence des prévisions économiques et financières. Une manière donc de mettre en avant les pronostics du gouvernement au détriment de ceux de l’agence officielle.

Mais, ce jeudi, le coup de grâce est tombé. Le communiqué du cabinet royal déclare Ahmed Lahlimi vainqueur de ce bras-de-fer. Une fois n’est pas coutume, Benkirane a, quant à lui, été sagement invité à ne plus remettre en cause la légitimité du HCP ni même de tenter de créer une agence parallèle.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter