Maroc : le Koweït investit dans le TGV

Le Koweït a accordé un prêt de 712 millions de dirhams au Maroc dans le cadre du financement du projet de train à grande vitesse devant relier Tanger à Casablanca en 2015.

Pour sa participation au financement du projet de train à grande vitesse (TGV) permettant de relier Tanger à Casablanca, nord du Maroc, le Fonds koweïtien pour le développement économique arabe (FKDEA) a octroyé un prêt de 712 millions de dirhams (63 millions d’euro) au royaume chérifien. Dans ce sens, deux conventions de prêt et de garantie relatives à ce projet ont été signées mardi, à rabat, en présence de l’ambassadeur du Koweït à Rabat, Shamlan Abdelaziz Al-Roomi et du directeur du FKDEA, Abdelwahab Ahmed Al Badr. Côté marocain, le secrétaire général du ministère de l’Economie et des Finances, Khalid Safir, et le directeur du pôle développement de l’Office National des Chemins de Fer (ONCF), Mohamed Smouni, étaient présents.

A cette occasion, M. Safir et M. Al Badr se sont félicités quant aux coopérations économiques qu’entretiennent les deux pays. A ce jour, les fonds accordés par le FKDEA aux projets de développement au Maroc s’élèvent, selon le quotidien Aufaitmaroc.com, à plus de 1,4 milliards de dollars, principalement injectés dans les domaines de l’agriculture, des infrastructures et de l’irrigation.

Un projet d’envergure

Six conventions, signées en décembre 2010, régissent ce projet. Cinq d’entre elles concernent les financements : une enveloppe réunie par le budget de l’Etat d’un montant de 5 milliards de dirhams (443 millions d’euro), une autre par le fonds Hassan II pour le développement économique et social s’élevant à 1 milliard de dirhams (88 millions d’euro) et des dons français et européens à hauteur de 2 milliards de dirhams (176 millions d’euro). Le reste est souscrit sous forme de prêts. Le coût global, selon la chaîne nationale RTM, atteint 20 milliards de dirhams (2,8 milliards d’euro). La sixième convention est un contrat d’acquisition établit entre l’ONCF et le groupe français ALSTOM qui s’est engagé à fournir au Maroc 14 rames modernes utilisées aujourd’hui dans la grande vitesse. Chaque rame offre une capacité allant de 533 places assises jusqu’à plus de 1000 places assises pour un TGV en unité multiple.

Avec une vitesse de 320 km/h sur 200 km, le gain de temps sera considérable. Le temps de parcours entre les deux pôles économiques du pays, Tanger et Casablanca, sera de 2h10 au lieu des 4h45 actuelles et 1h20 au lieu de 3h45 pour relier Tanger à Rabat. Cette nouvelle ligne donnera une nouvelle dimension aux passagers du royaume.

Les travaux, pour la partie infrastructure et équipement ferroviaire, devraient s’achever d’ici fin 2014. Les premiers essais techniques et l’homologation des trains doivent avoir lieu en 2015. Quant à l’exploitation des lignes, elles devront débuter en décembre 2015. Le Maroc deviendra ainsi le premier pays africain et du monde arabe à s’équiper du TGV.