Maroc : la liberté de la presse mise à mal

A la tête du Journal Hebdomadaire, Aboubakeur Jamaï, a annoncé mercredi soir avoir décidé de s’exiler pour protester contre la fermeture de sa publication. Les autorités ont déclaré avoir fermé le magazine marocain indépendant pour non paiement « d’importantes dettes ». Mais pour les journalistes concernés, il s’agit plutôt d’un acharnement politique. Un rapport de Human Rights Watch, publié il y a une semaine, épingle les dérives liberticides du pouvoir chérifien.

Le Maroc traverse une période de raidissement, dénonce le dernier rapport mondial de Human Rights Watch sur les droits de l’homme publié le 27 janvier 2010. Selon Sarah Leah Whitson, directrice de l’ONG pour le Moyen Orient et l’Afrique du Nord, le pouvoir « a réprimé durement les personnes qui ont brisé les tabous en exprimant des critiques à propos de la monarchie, de l’Islam et du Sahara occidental ».

Le Journal Hebdomadaire est la dernière victime en date de cette répression de la liberté d’expression. « Je ne ferai plus de journalisme au Maroc et j’ai décidé d’opter pour l’exil volontaire », a déclaré mercredi Aboubakeur Jamaï, éditorialiste du Journal Hebdomadaire lors d’une conférence de presse à Casablanca. Croulant sous les dettes après treize ans d’existence, l’irrévérencieuse publication a dû rendre les armes. Vendredi 29 janvier, les comptes en banque d’Aboubakeur Jamaï et Ali Amar, l’un des anciens directeurs du magazine, ont été saisis par la justice. « Ils peuvent nous jeter en prison. Je m’attends à tout », a lâché M. Jamaï, lauréat en 2003 du Prix international pour la liberté de la presse.

Mercredi 27 janvier, 17h30, les serrures ont été changées et les locaux mis sous scellés. Deux jours avant, la justice avait ordonné la liquidation judiciaire de Trimedia, la société éditrice du magazine, à la suite du non-paiement de dettes auprès de la Sécurité sociale et de l’administration des impôts et des banques. « Le montant des dettes dépasse 5 millions de dirhams (l’équivalent de 450 000 euros) », observait un des avocats de l’administration marocaine dans l’affaire, Me Abdelkebir Tabih.

M. Jamaï évoque une pression économique orchestrée par les instances dirigeantes du pays. »En 2009, un accord avait été trouvé avec la Sécurité sociale pour un remboursement étalé de nos dettes, assure-t-il. La situation économique du Journal commençait à s’améliorer. La publicité revenait. Mais, subitement, les annonceurs nous ont boycottés à la demande de conseillers du palais royal. C’était signer notre arrêt de mort. »

Les déboires financiers et les démêlés judiciaires du journal ne datent pas d’hier. En 2006, une cour d’appel avait confirmé la condamnation au pénal de journalistes de l’hebdomadaire pour diffamation à l’encontre d’un institut de recherches basé à Bruxelles, fixant des amendes et des dommages-intérêts de 3,1 millions de dirhams (l’équivalent de 384 000 USD), soit un montant qui dépasse de loin tous ceux fixés auparavant dans un procès en diffamation. Le magazine fait figure de trublion dans le paysage médiatique marocain. Lancé avec peu de moyens en 1997, Le Journal Hebdomadaire était un des symboles de l’expansion des libertés intervenue deux ans avant la fin du règne de feu Hassan II. Il n’hésitait pas, par exemple, à donner la parole à l’ennemi numéro un du royaume, le chef du Front Polisario (Mouvement nationaliste et indépendantiste sahraoui), Mohamed Abdelaziz.

Mais Le Journal Hebdomadaire n’est pas le seul à avoir subi les foudres du pouvoir ces derniers mois. Le rapport de Human Rights Watch souligne que 4 autres journaux en ont été les victimes. La publication d’une caricature d’un cousin du roi Mohammed VI le 27 septembre 2009 dans Akhbar al-Youm avait coûté une peine d’un an de prison avec sursis assortie d’une amende de 9 000 euros au directeur du journal, Toufiq Bouachrine, et à son caricaturiste Khalid Gueddar. Driss Chahtane, éditeur de l’hebdomadaire al-Mish’al a été condamné à un an de prison pour avoir publié « de mauvaise foi » de « fausses informations » sur la santé du roi début septembre 2009. Les deux quotidiens Tel Quel et Nichan avaient publié le 4 août 2009 un sondage dans lequel 91 % des Marocains interrogés jugaient « positif » le bilan des dix premières années du roi. Résultat de ce crime de lèse-majesté : la saisie des deux numéros, 100 000 exemplaires détruits par les autorités avant que l’éditeur n’ait pu faire appel de la saisie devant un tribunal.

Amendes, interdictions de diffusion, saisies des exemplaires, suspensions de publication, emprisonnements avec sursis ou prison ferme, le royaume dispose de nombreux moyens pour intimider les médias et museler la presse locale. Sans doute n’a-t-il pas médité l’adage de l’écrivain Beaumarchais, “Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur”.

Lire aussi :

 Répression de la presse au Maroc : Pourquoi tant de haine ?