Maroc : Hassan II aurait donné son feu vert pour kidnapper Ben Barka

Mehdi Ben Barka

Le défunt roi Hassan II aurait pu avoir donné l’ordre à Oufkir d’enlever Ben Barka. C’est ce qu’a affirmé l’ex-premier secrétaire de l’UNFP, Mohamed El Yazghi, lors d’une interview.

Mohamed El Yazghi n’a pas exclu l’idée que feu Hassan II aurait pu avoir donné son feu vert au défunt général Oufkir pour enlever l’opposant socialiste marocain Mehdi Ben Barka, en 1965, alors qu’il se trouvait en France. C’est lors d’un entretien accordé à la chaîne Russia Today, pendant l’émission « Rihla Fi Dakira » (Voyage dans la mémoire), que l’ex-premier secrétaire de l’Union nationale des forces populaires (UNFP) a soulevé cette hypothèse.

Avant toute chose, El Yazghi a tenu à rappeler que l’UNFP ne souhaitait pas l’éviction du roi Hassan II, mais était plutôt favorable à un changement du système de l’intérieur, avec des membres de ce parti au sein du Parlement.

Mehdi Ben Barka

A propos de Ben Barka, l’ancien leader de l’UNFP raconte qu’au début, « Hassan II avait envoyé son cousin Moulay Ali afin qu’il dise à Ben Barka de revenir au Maroc. A ce moment, Ben Barka avait émis deux conditions qui sont l’annulation de sa peine capitale et le retour au Maroc après le congrès de la tricontinentale de 1966 », rapporte TelQuel. Mais selon El Yazghi, le général Oufkir « ne voyait pas d’un bon œil le retour de Ben Barka et il aurait pu l’enlever en ayant le feu vert du chef de l’Etat ».

La seconde hypothèse avancée par l’ex-leader socialiste serait qu’Oufkir ait agit seul par crainte d’un rapprochement entre le régime et le principal opposant au défunt souverain. Une équation qui aurait pu être fatale aux intérêts du général.

50 ans après sa mort, l’affaire Ben Barka suscite toujours autant d’interrogations. Mais durant l’enquête, de nombreuses révélations et confidences, dont celles de l’officier de police Souchon, ont permis d’élucider quelques mystères…