Maroc, Grande-Bretagne : la leçon du prince Harry au roi Mohammed VI

Meghan Markle, Harry de Sussex et Mohammed VI

Alors que le roi du Maroc, Mohammed VI, a exposé Lalla Salma au point que l’ex-Première dame ait été contrainte à disparaître, le prince Harry a, lui, formé un véritable bouclier autour de son épouse Meghan, quitte à perdre tous ses privilèges en Grande-Bretagne.

C’est une belle leçon de galanterie qu’est en train d’infliger le prince Harry de Sussex de Grande-Bretagne au roi Mohammed VI du Maroc, au vu des deux situations.

Lalla Salma forcée à disparaître

Lalla Salma du nom de l’ancienne épouse du roi Mohammed VI a disparu. Plus de deux ans que l’ancienne Première dame du Maroc n’a pas effectué d’apparition publique. La seule chose qui est sûre, à ce jour, le couple royal marocain a volé en éclats. Selon certaines indiscrétions, ce sont les sœurs du roi Mohammed VI qui ont « forcé Lalla Salma à disparaître ». Quel genre de disparition ? Sur ce point, c’est le flou total. Certains évoqueront sa mort « poignardée par Lalla Hasnaa », sœur du roi, tandis que d’autres soulèveront l’hypothèse d’un embrigadement consécutif à une disgrâce de Lalla Salma auprès du roi. Dans tous les cas, Lalla Salma, présentée comme mise à l’étroit au palais, n’aura pas bénéficié du soutien du souverain.

Meghan planquée dans un bunker nommé Harry

Parallèlement, à l’autre bout du monde, une histoire, des plus romantiques et des plus révélatrices se déroule entre la Grande-Bretagne, le Canada et les Etats-Unis. Le prince Harry de Sussex, acteur principal, est en train d’administrer une bonne leçon à tous les hommes de la planète. Ne voulant pas exposer son épouse Meghan Markle à la furie et aux caprices de la royauté britannique, a préféré s’éloigner de sa famille, quitte à s’exiler. Prenant soin en effet de son épouse comme il l’aurait fait avec la prunelle de ses yeux, le prince Harry défend, bec et ongles, sa compagne avec qui il est parti s’installer au Canada, loin des tracasseries auxquelles la royauté voulait les astreindre, lui et Meghan. Surtout qu’il avait été avancé que « les gênes de Meghan » allaient « souiller notre famille royale ».

Privé de ses revenus et autres droits légaux en Grande-Bretagne, le prince Harry semble se reconvertir en maître de conférence, avec un premier test réussi aux Etats-Unis, à l’issu duquel il aurait récolté quelque 500 mille dollars. De quoi commencer à voler de ses propres ailes, en ayant, sous le regard protecteur sa chère Meghan qu’il n’aura pas lui exposée.