Maroc, Espagne : pourquoi la frontière de Ceuta est restée fermée

Frontière Ceuta (20 oct 21)
Frontière Ceuta

La frontière de la ville autonome de Ceuta restera fermée, pour le moment. Sa réouverture, qui devrait intervenir avant la fin de l’année, verra les conditions de passage renforcées pour ne pas dire durcies.

L’information émane de la déléguée du gouvernement à Ceuta, Salvadora Mateos, qui, lundi 18 octobre, a assuré que « la frontière, pour le moment, restera fermée », ajoutant qu’à sa réouverture, les conditions d’accès à la ville autonome seront renforcées pour mieux contrôler les entrées. En clair, le passage sera très filtré.

Toujours selon la déléguée du gouvernement à Ceuta, des travaux d’aménagement sont en cours pour moderniser le point de passage. Ce qui a pour but principal de permettre une fluidité, dès la réouverture. « Nous voulons que la frontière soit totalement rénovée avant sa réouverture », a martelé Salvadora Mateos.

La déléguée du gouvernement à Ceuta s’est toutefois abstenue de fixer une date d’ouverture. Se voulant prudente, elle a assujetti cette réouverture à « un accord » avec le Maroc, qui, pour l’heure, « n’a pas encore été conclu ». Elle estime que ces travaux d’aménagement à la frontière sont nécessaires pour contrôler les entrées et les sorties.

Pour la déléguée du gouvernement, il est question de procéder à un changement total de la frontière, qui, faut-il le rappeler, est restée fermée depuis plus d’un an, en raison de la pandémie du Coronavirus. Salvadora Mateos a toutefois rappelé que les travailleurs marocains ayant des contrats de travail à Sebta, seront les premiers à traverser la frontière, une fois qu’elle sera rouverte.

Après plusieurs mois de crise déclenchée par l’entrée de Brahim Ghali en Espagne sous une fausse identité, accentuée par la crise migratoire inédite avec l’arrivée en masse de migrants marocains à Ceuta, l’Espagne et le Maroc se préparent à reprendre leurs relations diplomatiques. L’espoir est donc permis chez les populations qui attendent avec impatience la réouverture des frontières.

A lire : « L’espagnolité » de Ceuta et Melilla soulevée après la « marocanité » du Sahara