Maroc : des soldats impliqués dans des scandales sexuels?

Les Nations-Unies ont demandé aux Forces Armées Royales du Maroc d’ouvrir une enquête sur les accusations portées à l’encontre d’un Casque bleu marocain, pour le viol présumé d’une jeune fille en Centrafrique.

Les accusations de viols à l’encontre de Casques bleus se multiplient. Après la Centrafrique et la République démocratique du Congo, le royaume chérifien est au cœur d’un scandale sexuel. En effet, les Nations Unies ont demandé aux Forces Armées Royales (FAR) du Maroc d’ouvrir une enquête après le viol présumé d’une jeune fille en Centrafrique commis par un Casque bleu marocain pendant qu’il était en poste.

Le général Bouchaïb Arroub, inspecteur général des FAR a ordonné une enquête sur cette présumée affaire de viol impliquant un militaire marocain des forces de maintien de la paix de l’ONU, selon le quotidien Assabah.Une enquête qui risque d’être élargie à d’autres soldats marocains accusés de viols sur des enfants et femmes en contrepartie d’argent et de nourriture.

Le soldat ainsi que ses supérieurs vont être interrogés conformément aux lois organisant le travail des Casques bleus. Un contingent marocain fait partie des forces de maintien de la paix de l’ONU en Centrafrique depuis 2013.

Ce nouveau scandale intervient une semaine après que trois soldats de la mission des Nations Unies en Centrafrique ont été accusés de viols à l’encontre de trois jeunes femmes, a précisé un porte-parole de l’ONU et deux semaines après le renvoi du chef de la mission des Nations Unies en Centrafrique (MINUSCA) Babacar Gaye pour des affaires de viols.

La Mission de l’ONU en République démocratique du Congo (MONUSCO) a lancé le 17 août dernier une campagne choc contre les violences sexuelles sur mineurs à l’attention de ses employés afin de les dissuader de commettre de telles actes. Depuis cette campagne, deux nouvelles affaires de viols ont éclaté.