Maroc : colère de Mohammed VI après une manifestation à Casablanca

Le roi du Maroc, Mohammed VI

Le roi du Maroc a piqué une nouvelle colère après une manifestation à Casablanca et a ordonné l’ouverture d’une enquête.

Mohammed VI, roi du Maroc, n’est pas du tout content. Et il l’a fait savoir à travers l’ordonnance de l’ouverture d’une enquête pour mettre la lumière sur une affaire d’expulsion de Marocains, pour la plupart résidant à l’étranger, et qui a donné lieu à des manifestations.

Selon le journal Bladi qui a donné l’information, une dizaine de familles, dont des Marocains résidant à l’étranger, ont manifesté leur courroux, contre la décision d’expulsion des villas qu’elles occupent à Mohammedia (région administrative du Casablanca-Settat), depuis près de 60 ans.

« Au total, 11 villas, faisant partie du domaine royal dont la mère du roi Mohammed VI était propriétaire, avaient été cédées, en 2006 par l’Administration foncière de la famille royale au prix forfaitaire de 400 dirhams le mètre carré. 3 ans plus tard, l’acquéreur, un promoteur immobilier avait revendu les biens avec une plus-value de 500 dirhams », relève Bladi.

Hammou Ajmila, président de l’Organisation marocaine des droits de l’Homme et la protection des biens publics, a indiqué que les parties avaient omis de renouveler les contrats de bail lors de la transaction immobilière, conformément à la réglementation en vigueur. Sauf que le nouvel acquéreur refuse de reconduire le bail.

Mieux, poursuit le journal, le promoteur immobilier s’abstient même de percevoir les loyers stipulés dans l’ancien bail. Afin d’éviter l’assignation en justice pour impayés de loyers, les montants des loyers à verser sont déposés par les familles à la Caisse du tribunal de Casablanca.

Après avoir officiellement reçu notification de la décision d’expulsion rendue en leur absence, les locataires, dont la majorité réside en Europe, ont été contraints de regagner le Maroc. C’est ainsi qu’ils ont battu le macadam, afin de se faire entendre. Situation qui a mis en colère le roi Mohammed VI, qui a ainsi ordonné l’ouverture d’une enquête.

Quant aux locataires des lieux, ils ne demandent pas plus que d’être rétablies dans leur droit. Mieux, souligne le journal, les victimes demandent à être tenus informés des résultats de l’enquête ordonnée par le roi Mohammed VI.