Maroc : bientôt une loi contre les violences faites aux femmes

La loi marocaine devrait très prochainement être dotée d’un nouveau texte pour lutter contre les violences faites aux femmes. Toutefois, des associations déplorent que ce projet de loi ne couvre qu’une partie des femmes.

Un projet de loi est très attendu au Royaume chérifien. Il est relatif à la lutte contre les violences faites aux femmes qui a fait son apparition au Maroc. Bien que le gouvernement, dirigé par le parti islamiste Parti Justice et Développement (PJD), a été contraint de revoir sa copie à plusieurs reprises suite à de nombreuses critiques des associations féministes, ce projet de loi est un pas important dans le royaume.

La ministre de la Solidarité, de la Femme et de la Famille, Bassima Hakkaoui, a le souhait d’institutionnaliser la question de l’égalité homme/femme à travers le plan « Ikram ». Elle estime que tous les domaines doivent garantir une parité homme/femme.

L’objectif est aussi et surtout d’éradiquer les violences faites aux femmes. En 2010, 62,8%, des Marocaines, soit 6 millions, ont déclaré avoir déjà été victimes de violence. En 2012, 44 642 actes de violence contre les femmes ont été recensés par l’Observatoire marocain des violences faites aux femmes.

Le cas de Zara est un exemple concret. Cette femme a été contrainte d’élever ses enfants dans la rue. Son mari, qui la battait souvent, a fini par la mettre à la porte, il y a 8 ans. « J’ai élevé mes enfants dans la rue. La première fois que j’en suis arrivée là, j’étais enceinte de 4 mois », déplore-t-elle.

Un projet incomplet

Ce projet de loi pourrait prévoir de lourdes peines pouvant aller jusqu’à 25 ans de prison. Des associations de défense des droits des femmes fustigent toutefois ce projet qui ne protégerait qu’une partie des victimes. Pour Sara Soujar, militante pour les droits de la femme, « le projet de loi est écrit pour définir la violence à l’encontre des femmes mariées. Mais cela laisse de côté de nombreuses victimes comme les mères célibataires ou les employées de maison », rapporte Francetvinfo.

Le plus dramatique c’est que souvent les institutions censées protéger les droits des citoyens participent au contraire aux violences. Lors de la manifestation à Rabat contre les violences en novembre 2013, un manifestant témoignait : « Ma fille a épousé un policier qui la battait. Quand il a découvert qu’elle allait le quitter, il l’a tuée. Il a commis un crime et aujourd’hui, il travaille toujours comme si de rien n’était ».

Des actes de violences impunis, il en existe d’innombrables. Dans les violences faites aux femmes, les violences sexuelles occupent une place malheureusement très importante. Un quart des Marocaines déclarent avoir été victimes, un chiffre qui atteint 40% pour les 15/24 ans.