Maroc : après Lalla Salma, les bébés jetés, l’Espagne révèle d’autres cafards de Mohammed VI

Le roi du Maroc, Mohammed VI

Un gros pavé vient une nouvelle fois d’être jeté au Maroc depuis l’Espagne. Ces cafards du Maroc sont débusqués par le tonitruant journal El Diario, et interviennent après les scandales Lalla Salma et les bébés jetés dans les poubelles marocaines.

Il s’agit d’acquisitions de navires faites entre 2007 et 2010, chez la compagnie maritime espagnole Rodman aurait fourni des navires militaires au Maroc, en les faisant passer pour des navires civils. C’est ce qu’a affirmé ce vendredi, le média espagnol El Diario, en révélant que la société voulait ainsi « éviter un contrôle des exportations d’armes » espagnoles.

Lors de son investigation, le média précise que ces navires, du modèle Rodman 101, ont « vraisemblablement été exportés en tant que « navires de navigation maritime » ou  « de sauvetage », même s’ils possèdent une monture pour mitrailleuse de 12,7 mm ou plus ». Néanmoins, la présence de cette monture inclut ce type de navire dans la liste du matériel militaire et le soumet à un contrôle spécifique.

Aucune vente de ces navires ne figure dans les registres d’exportation de matériels militaires du secrétaire d’Etat au Commerce, confirme le média. Il y a « en revanche, dans les données de l’Agence fiscale de ces années, des bateaux de navigation maritime ou de sauvetage », qui sont exportés régulièrement vers le Maroc, depuis la province de Pontevedra, où Rodman Polyships – la division de ce constructeur naval de Galice produit ces bateaux ».

Le média espagnol révèle aussi que « des images satellites de septembre 2009 et mai 2010 montrent ces navires à l’usine de production Rodman de Moana (Pontevedra) », alors que ces « mêmes modèles ont ensuite été géolocalisés dans les ports de Laâyoune et de Dakhla ». Les images les plus récentes dateraient, selon le média, d’août et mai 2019. Il évoque aussi un « possible modus operandi » du constructeur espagnol qui ferait passer ses navires militaires comme étant des bateaux de sauvetage pour « éviter tout contrôle ». Le Groupe Rodman, fabricant de ces navires, n’a pas répondu aux questions posées par El Diario.

Il s’agit là d’un nouveau scandale ayant éclaboussé le Maroc et révélé par la presse espagnole. En effet, c’est la presse espagnole, notamment le journal HOLA!, qui a été le premier à annoncer le divorce entre Mohammed VI et Lalla Salma. Tout récemment, la presse espagnole a mis à la lumière du jour, des pratiques qui n’honorent pas le Maroc, notamment des bébés, au nombre de 24 par jour, jetés dans les poubelles marocaines.

A lire : Maroc : sœur de Mohammed VI, Lalla Meryem peut-elle remplacer Lalla Salma ?