Maroc, Algérie, Mohammed VI snobé : Tebboune, véritable « bébé Bouteflika » ?

Le Président algérien, Abdlemadjid Tebboune

La dernière réaction du tout nouveau Président algérien, Abdelmadjid Tebboune, au sujet de l’appel de Mohammed VI à la réouverture des frontières entre le Maroc et l’Algérie, laisse croire que le nouveau dirigeant suit les traces de son prédécesseur et ex-mentor, Abdelaziz Bouteflika.

Lors d’une rencontre avec la presse, relève Bladi dans son édition de ce 26 décembre 2019, le Président algérien, fraîchement élu le 12 décembre dernier, Abdelmadjid Tebboune notamment, « a mis fin à tout espoir de rapprochement entre le Maroc et l’Algérie ». Le journal indique que le tout nouveau dirigeant n’a pas trouvé mieux que de tirer à boulets rouges sur le royaume, accusant que le Maroc a pris possession du Sahara et partagé le « butin » avec la Mauritanie.

Selon le journal marocain, « l’ouverture des frontières n’est pas d’actualité », à en croire le Président algérien qui soutient que le Maroc doit d’abord présenter ses excuses au peuple algérien pour avoir porté atteinte à sa dignité. Non content de cette sortie du nouveau Président algérien, des journaux marocains, notamment le site Akhbarona, estiment qu’une réaction de la diplomatie marocaine devient urgente, afin de protéger les intérêts du pays et sa dignité censée rester au-dessus de toute autre considération.

A lire : Algérie : officiellement investi demain, le nouveau Président réussira-t-il à lever les ambiguïtés ?

Ce qui paraît troublant dans cette affaire, c’est le retournement de veste d’Abdelmadjid Tebboune, qui, à ses premières heures passées au pouvoir, avait semblé faire un appel du pied au Maroc donnant l’espoir que les frontières entre les deux pays allaient être incessamment rouvertes. Réponse aux multiples requêtes du roi Mohammed VI quant au rapprochement entre les deux peuples frères.

Cette nouvelle posture de Tebboune semble épouser parfaitement les positions de l’ancien Président algérien, Abdelaziz Bouteflika, qui s’est toujours opposé à cette réouverture des frontières, snobant Mohammed VI qui n’avait de cesse d’appeler à ce rapprochement.

Les contestataires, qui accusaient les cinq candidats à la Présidence algérienne d’être tous des « bébés Bouteflika » avaient-ils raison au vu de la réaction de Tebboune qui semble singer l’ancien chef de l’Etat d’Algérie ? Wait and see !

A lire : Maroc, Algérie : Mohammed VI et Tebboune pour enterrer… Bouteflika