Mariages mixtes : la médaille et son revers

La rédaction d’Afrik a décidé de faire un compte-rendu des idées récurrentes suite à toutes les réactions de nos lecteurs et à d’autres témoignages suscités par le débat concernant les couples mixtes. Le mariage mixte, un doux mélange d’avantages et d’inconvénients.

L’évidence saute assez rapidement aux yeux. Dans un couple mixte, l’ingrédient principal est la tolérance.  » Je pense que dans la mixité il faut une dose importante de tolérance et d’intelligence dans le couple « , écrit Christimoh, un Algérien marié à une Française. Cela rejoint ce que dit Hélène, 23 ans :  » Je suis française, mariée à un Congolais et c’est la plus belle chose qui me soit arrivée. Un couple mixte peut fonctionner mais tout dépend de la personne que l’on rencontre et si nous-mêmes nous sommes prêts à accepter la différence de l’autre. Je ne me sens pas contrainte à me soumettre à la culture congolaise, nous faisons un échange de culture. L’échange et la compréhension sont le secret d’une entente mutuelle « .

Echange et enrichissement

Le mariage avec une personne de nationalité, religion ou culture différente est bien souvent à la source de grandes joies.  » La différence de culture, race, religion et l’existence de risques dans la vie rendent notre monde merveilleux  » dit Eric, un Canadien qui vit une  » relation mixte « . Cela se comprend car la relation apporte quelque chose de nouveau que l’on découvre grâce à l’autre. L’échange que permet la confrontation de deux différences débouche souvent sur un enrichissement.  » De la mixité culturelle et de la différence naissent des moments de bonheur intense. Car l’autre ne nous renvoie pas à nous-mêmes contrairement à certains couples où on aime l’autre parce qu’il correspond à ce qu’on a toujours cherché et que ce qu’on a cherché ressemble toujours un peu à ce que l’on est  » explique Chanh, une Laotienne mariée à un Sénégalais.

Certains exemples de couples mixtes donnent même à voir un véritable aboutissement dans la relation. La mixité, loin d’être un handicap, devient alors une vraie source de richesse. Les cultures communiquent en acceptant de s’enrichir de ce qu’il y a de plus positif chez l’autre. L’expérience de Laurice, Française mariée à un Egyptien depuis huit ans est sur ce point exemplaire. Installée en Egypte, elle dit :  » La chaleur familiale fait défaut dans la société française. La mère est souvent prise par son travail au détriment de ses enfants. Je tiens à ce que mes enfants soient fortement liés à leurs parents « . C’est le principe des vases communicants mis en action au niveau des cultures.

Le revers de la médaille

Mais les expériences en matière de mariages mixtes ne sont pas toutes joyeuses.  » Les relations de couples mixtes sont toujours excellentes au début. L’amour tombe sans prévenir, c’est connu. Puis arrive l’heure de la différence culturelle, prise de conscience mutuelle ou unilatérale. En trouvant l’âme soeur dans sa culture, les choses sont beaucoup plus simples. J’ai trop souffert de ma relation mixte et du tiraillement. J’ai opté pour la solution la plus lâche à savoir mettre un terme à la relation. Ni elle ni moi n’aurions été heureux, alors qu’aujourd’hui je suis épanoui avec une musulmane et elle avec un chrétien « , raconte Samir. Certains n’arrivent pas à aller au-delà des différences ni à trouver un terrain d’entente.

Les différences conduisent même parfois à une perte de repères.  » Les couples mixtes finissent tous par craquer un jour. A un moment donné on n’a plus de repères, on ne comprend plus rien, mais par amour on accepte. Et puis un jour on se rend compte que le couscous de belle-maman, ça nous pèse et lui, la choucroute du dimanche chez tes parents ça le tue. C’est là qu’on s’interroge. L’amour, d’accord, mais après ? « , dit Fatima, une Algérienne qui a vécu avec un Antillais.

Le Couscous et la choucroute

La relation avec quelqu’un de nationalité, religion ou culture différente nécessite bien évidemment des compromis, mais est-ce typique de la relation mixte ?  » Une relation mixte est d’abord une relation entre deux êtres humains de chair et de sang ! Quelle que soit la religion ou la nationalité des couples, c’est une relation qui, comme toutes les autres, nécessite des compromis. Si l’un des deux n’est pas prêt à en faire, c’est déjà mauvais signe « , explique Eric. Ce qu’il faut saisir, c’est que compromis ne veut pas forcément dire soumission. Il s’agit de se respecter dans la différence et d’essayer de se comprendre pour avancer. Le couple quel qu’il soit se construit un peu tous les jours.

Beaucoup renoncent à faire l’effort par lâcheté, par peur, par désespoir ou par fatalité. Calixthe Beyala dans Assèze l’Africaine écrit  » comme moi, maman n’avait pas compris qu’on ne pouvait pas métisser des univers (blancs et noirs) sans que l’un n’étrangle l’autre. Toute tentative de transvasement est vaine. On reste dans nos comportements et c’est dommage mais normal peut-être « . Dans certains cas, les sensations d’incompréhension sont telles que la séparation est nécessaire. Avec des conséquences particulières parfois.  » Les échecs des couples mixtes débouchent sur des conséquences beaucoup plus tragiques que celles d’un autre divorce. Si un mariage mixte rate, c’est catastrophique pour la société parce que chacun des conjoints va généraliser sa haine et la transformer en xénophobie envers l’autre communauté « , explique Sami Aldeeb, docteur en droit comparé à Lausanne.

Quant aux aventures qui réussissent, elles finissent souvent par être à l’origine de beaux métissages riches des deux cultures. Logique puisqu’un plus un font deux !