Marathon du Lac d’Annecy : les Ethiopiens règnent en maîtres

Patrice Lompo : champion du Bénin

C’est une double victoire qu’enregistre la délégation éthiopienne venue participer au marathon international du Lac d’Annecy qui s’est tenu ce dimanche. Feyisa Bekele Woldemikael et Jemila Shure Wortesa ont respectivement gagné chez les hommes et les dames.

Les 3 174 marathoniens enregistrés pour la 33e édition du marathon du Lac d’Annecy ont pris le départ dimanche pour 42,195 km sous la pluie et par une température de 5°C. Ethiopiens, Kényans, Béninois, Italiens et Français, entre autres, se sont lancés dans une folle course autour du Lac. Parmi les concurrents, le champion de France Albin Chorin et son alter ego béninois Patrice Lompo. Très expérimentés, les Ethiopiens et les Kényans prennent très vite la tête de la course. Au semi-marathon, à 1h 07mn, ils avaient déjà une large avance sur leurs concurrents. En tête de peloton, on retrouve Feyisa Bekele Woldemikael. Le garçon gère son rythme et la seconde moitié de la course sans grande difficulté. Son chrono final sera de 2 h 13 mn et 14 s et le podium sera masculin 100 % éthiopien.

Le froid n’a pourtant pas épargné Feyisa Bekele Woldemikael. « Ce n’est pas le temps que j’espérais faire ici ça. Il faisait si froid que je n’ai pu faire parler ma pointe de vitesse surtout dans le deuxième semi-marathon », regrette l’athlète. Le froid a eu aussi raison du Béninois Patrice Lompo qui, arrivé 11e, a fait un chrono de 2 h 33 mn et 49 s, loin de sa meilleure performance qui est de 2h 24 mn et 53 s. Quant au champion de France, il a fini 5e avec un temps de 2h 20 mn et 17s alors que son meilleur chrono est de 2h 18 et 50s, une performance réalisée à Nice.

Jemila Wortesa, la révélation

Du côté des femmes, c’est une nouvelle page de l’histoire de l’athlétisme que l’Ethiopienne Jemila Shure Wortesa a écrit ce dimanche à Annecy. Pour son premier marathon et avec un temps de 2h 40 mn et 29 s, elle a détrôné la championne en titre et recordwoman de l’épreuve, la Kényane Emilie Rotish. Au départ, Wortesa avait laissé Rotish mener la course avant de lui damer les pions dans le deuxième semi-marathon. Cependant, le chrono de l’Ethiopienne est encore loin du record de 2 h 32 mn établi l’année dernière par Rotish.

Chez les messieurs, le record à battre était celui du Kényan Benjamin Bitok : 2 h 11 mn. Bitok n’a pas couru cette année mais s’il avait été présent, il n’aurait peut-être pas fait mieux. Le froid dans les montagnes de la Haute-Savoie était trop glacial.