Manifestations Pro-Morsi en Egypte : 1 mort à Alexandrie

Des milliers de partisans de Mohamed Morsi, destitué le 3 juillet par l’armée, sont à nouveau descendus ce vendredi dans la rue, réclamant son retour au pouvoir, dénonçant le coup d’Etat militaire. Des heurts ont éclaté dans plusieurs villes du pays et une personne a péri à Alexandrie.

Alors qu’on disait dernièrement que la contestation des pro-Morsi s’est essoufflée, ce n’est pas tout à fait le cas. Les partisans du Président égyptien semblent avoir repris du poil de la bête. Ils sont à nouveau descendus ce vendredi par milliers dans les rues égyptiennes pour dénoncer le renversement par l’armée de l’ex-Président, le 3 juillet, après concertation du mouvement d’opposition Tamarrod et des responsables religieux. Les manifestants ont scandé « A bas le pouvoir militaire » , « Abdel Fattah est un boucher », en référence au général Abdel Fattah al-Sissi, chef des armées, qui a donné l’ordre de destituer Mohamed Morsi.

Alors qu’aucun incident n’a été signalé au Caire, des heurts opposant pro et anti-Morsi ont éclaté dans plusieurs villes et provinces du pays. Et une personne a été tuée à Alexandrie et cinq autres blessées. Trois personnes ont également été blessées dans la province de Beheira, au nord. Dans la région, la police a tiré du gaz lacrymogène pour disperser des affrontements similaires à Mahalla et Tanta, dans le Delta du Nil, ont rapporté des sources de sécurité et les médias d’Etat. Selon Mena, en marge de ces manifestations, de nombreux Frères musulmans ont été arrêtés.

Nouvelle manifestation samedi

Cette nouvelle contestation des pro-Morsi a lieu quasiment un mois, jour pour jour, après la sanglante répression du 14 août menée par les forces de l’ordre contre les pro-Morsi, faisant plusieurs centaines de morts. Malgré la menace d’un nouveau bain de sang, les manifestants ont à nouveau défilé en direction de la fameuse place Rabaa al-Adawiya, où ils avaient auparavant installé leur sit-in, avant d’être dispersés par les forces de l’ordre. Les accès de la place ont été bloqués par des soldats armés et munis de leurs casques, selon l’AFP.

Les partisans du Président déchu ont d’ores et déjà appelé à de nouvelles manifestations samedi. Pour faire face à cette tension en Egypte qui n’est toujours pas retombée depuis la destitution de Mohamed Morsi, les autorités ont, jeudi, prolongé l’état d’urgence de deux mois. Preuve que le pouvoir est débordé face à l’insécurité qui prend de l’ampleur dans le pays.