Manifestations en Egypte : une guerre civile ?

Depuis une semaine manifestants pro et anti-Morsi s’opposent en Egypte. Des affrontements éclatés à Alexandrie, ce vendredi 28 juin, ont fait au moins 10 blessés. La principale autorité religieuse d’Egypte craint même une guerre civile. Certains Egyptiens réclament le départ de leur président.

Bientôt une guerre civile en Egypte ? Depuis une semaine, la tension ne retombe pas entre manifestants pro et anti-Morsi. Des affrontements ont éclaté à Alexandrie, ce vendredi 28 juin, ont fait au moins 10 blessés. « Les manifestants rivaux se sont lancés des pierres et 10 personnes ont été blessées », indique un responsable de la sécurité, rapporte LeNouvelObs.com.

L’opposition égyptienne, qui réclame le départ du président Morsi, campe sur ses positions et maintient sa manifestation de dimanche. Malgré l’appel au dialogue du chef de l’Etat égyptien, elle entend quand même réclamer la tenue d’une élection présidentielle anticipée. Le discours mercredi de M. Morsi est « le contraire d’une reconnaissance claire de la situation difficile que vit l’Egypte à cause de son échec à administrer les affaires du pays depuis qu’il en a pris la charge il y a un an », a estimé Mohamed El-Baradei, responsable du Front du salut national (FSN), principale coalition de l’opposition, indique l’AFP.

La plus haute autorité religieuse de l’Egypte craint même une guerre civile en Egypte, opposant pro et anti-Morsi.

Une élection présidentielle anticipée est « absurde et illégitime »

Des heurts entre les partisans du président égyptien Mohamed Morsi et ses détracteurs, qui se sont déroulés mercredi dans le pays, ont causé la mort d’une personne et fait 237 blessées.

Le président égyptien Mohamed Morsi s’oppose à l’organisation d’une élection présidentielle anticipée. Dans une interview, accordée vendredi 7 juin au quotidien Al-Ahram, le chef d’Etat s’élève contre un tel scrutin qu’il trouve « absurde et illégitime », balayant ainsi d’un revers de main les demandes répétées de la société civile et de l’opposition.

En ce moment même, la Place Tahrir se remplit de manifestants qui scandent « Morsi dehors ! ».