Manifestation à Rome contre un barrage controversé en Ethiopie

Les manifestants réunis aujourd’hui à Rome devant le ministère des Affaires étrangères appelleront le gouvernement italien à ne pas accorder à l’Ethiopie un prêt de 250 millions d’euros pour la construction du barrage controversé Gibe III.

Le barrage menace la survie d’au moins huit tribus de la vallée inférieure de l’Omo, un site classé par l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité.

Une coalition d’organisations dont Survival International, ‘Campagne pour la réforme de la Banque mondiale’ et des organisations de droits de l’homme kenyanes déposeront une pétition dénonçant le barrage Gibe III. Plus de 300 organisations ont déjà signé la pétition.

Le barrage Gibe III, construit par la compagnie italienne Salini Costruttori et dont les matériaux sont fournis par la compagnie nord-américaine Harsco Corporation, perturbera le cycle naturel de crues de la rivière Omo. Les peuples indigènes qui vivent dans la vallée inférieure et qui dépendent étroitement des crues pour leur survie, n’ont pas été consultés sur le projet de barrage.

Un membre de la tribu de chasseurs-cueilleurs kwegu a déclaré : ‘Nous dépendons du poisson qui est comme notre bétail. Si les crues de l’Omo disparaissent, nous mourrons’.

La rivière Omo est la source principale d’alimentation du célèbre lac Turkana au Kenya, elle est vitale pour plus de 300 000 Kenyans. Des représentants d’organisations kenyanes telles que Friends of Lake Turkana et The Daughter of Mumbi se joindront aux manifestants à Rome aujourd’hui.

Selon certaines sources, le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini, serait sur le point d’accorder un prêt pour la construction du barrage Gibe III, au mépris de la forte mobilisation de l’opinion publique internationale contre les impacts sociaux et environnementaux du projet et des recommandations de nombreuses ONG italiennes.

Dans une lettre adressée au ministre le mois dernier, plusieurs ONG italiennes l’ont appelé à ne pas financer Gibe III, invoquant le fait que ce projet ‘mettra en danger la sécurité alimentaire d’un demi-million de personnes… Notre pays a l’obligation politique de respecter et de promouvoir les droits des peuples indigènes les plus menacés… comme le prescrit la Déclaration des Nations-Unies sur les droits des peuples autochtones approuvée par l’Italie.

Le contrat pour la construction de Gibe III a été attribué à Salini Costruttori sans aucun appel d’offre préalable, au mépris de la législation éthiopienne. Le chantier a commencé deux ans avant que l’agence éthiopienne de protection environnementale ne donne son autorisation pour le projet.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré : ‘S’il aboutit, ce projet signifie la fin des peuples indigènes de la vallée inférieure de l’Omo. L’Italie ferait bien de s’abstenir de soutenir ce barrage’.

La manifestation aura lieu à 15h 30 devant le ministère des Affaires étrangères, Piazzale della Farnesina 1, Rome.

http://www.survivalfrance.org/