« Mama Miti » est morte

La militante kenyane Wangari Maathai, lauréate du prix Nobel de la paix 2004 pour son combat contre la déforestation et les droits de la femme, est décédée dimanche dans un hôpital de Nairobi des suites d’un cancer.

La Kenyane Wangari Maathai est décédée dimanche dans un hôpital de Nairobi à l’age de 71 ans après des années de lutte contre le cancer, a annoncé sa famille sur son site internet le « Green Belt Mouvement ». Elle est la première femme africaine à avoir reçu le prix Nobel de la paix en 2004 pour son combat contre la déforestation, le droit des femmes en Afrique ainsi que leur insertion professionnelle, avant d’avoir été nommée messagère de la paix pour les Nations unies en 2009. L’ »héroïne Kenyane », comme la qualifie ses admirateurs, a aussi été la première femme d’Afrique orientale à être diplômée de biologie aux Etats-Unis grâce à une bourse, puis à devenir professeure et à diriger un département à l’Université de Nairobi. Elle avait été une figure emblématique du combat contre l’autoritarisme du régime de l’ancien président Daniel Arap Mo dans les années 1980 et 1990, ce qui lui avait valu plusieurs passages à tabac et incarcérations.

« Mères des arbres»

« Mama Miti », mère des arbres en Swahili, son surnom au Kenya, avait notamment dirigé la Croix Rouge Kenyane dans les années 1970.
Elle avait soutenu en 2006 une campagne pour planter un milliard d’arbres dans le monde. A ce jour, onze millions d’arbres ont été plantés, selon M. Steiner, directeur du Programme des Nations-Unies pour l’environnement. Selon lui, « Wangari Maathai était une force de la nature. Alors que d’autres usent de leur pouvoir et de leur force vitale pour endommager, dégrader l’environnement et en retirer un profit à court terme, elle a utilisé ses capacités pour leur faire obstacle et défendre la préservation de l’environnement ainsi que le développement durable ».

Hommage sur les réseaux sociaux

De multiples groupes ont été créés sur les réseaux sociaux, tels que Facebook ou encore Twitter pour lui rendre hommage. « Repose en paix, Dr. Wangari Maathai. Une grande femme, source d’inspiration pour de nombreuses femmes en Afrique, une visionnaire magnifique et une incarnation du courage », a indiqué le président tanzanien, Jakaya Kikwete, sur son compte Twitter. L’on peut également lire sur Facebook d’autres messages tels que « Femme d’exception qui laisse un riche héritage » ou « Tu m’a rendu fière d’être une femme Kenyane ».
Une femme d’exception qui a laissé une marque positive dans le développement de l’Afrique.

Lire aussi :

 [Le Prix Nobel de la Paix décerné à une Kenyane

 >http://www.afrik.com/article7697.html]

 Wangari Maathai appelle les Etats africains à s’unir pour protéger leurs forêts

 Les combats de Wangari Maathai