MAM fait marche arrière sur la Tunisie

Très critiquée pour ses propos en début de semaine sur la Tunisie, pendant les émeutes, où elle avait proposé l’aide de la France pour conseiller et former les forces de l’ordre tunisienne, la Ministre française des Affaires Étrangères, Michèle Alliot-Marie, déclare aujourd’hui dans une interview au Journal du Dimanche que « l’aspiration des Tunisiens à plus de démocratie et à plus de liberté ne pourra être satisfaite que si des élections libres sont organisées dans les meilleurs délais ». La ministre française précise aussi qu’elle est particulièrement attentive à la situation en Algérie et en Égypte ou un effet domino peut avoir lieu.