Mali : rien ne va plus à la coordination des organisations patriotiques

Rien ne va plus à la coordination des organisations patriotiques (Copam). Le mouvement pro-putsch, né au lendemain du coup d’Etat qui a renversé le président Amadou Toumani Touré, est en proie aux problèmes de leadership. Hamadou Amion Guindo et Adama Traoré, tous deux membres dirigeants ont été limogés pour haute trahison.

(De notre correspondant)

Des remous à la Copam où un véritable coup de théâtre vient de se produire. Le président de ce mouvement patriotique Amadou Amion Guindo, qui soutenait bec et ongles les putschistes de Kati, vient d’être démis de ses fonctions. Les adversaires du syndicaliste Guindo lui reprochent son népotisme et sa gestion solitaire du mouvement. Pour le président intérimaire Younouss Hamèye Dicko, Hamadou Amion Guindo et Adama Traoré ne sont plus membres de la Coordination des organisations patriotiques du Mali.

La coordination des organisations patriotiques s’est débarrassée de ses deux personnalités pour trahison avérée. « Les deux responsables sont destitués de leurs postes par suite de leur propre désertion des rangs de la Copam et ont refusé de se soumettre à la dénonciation et la sanction unanime de leur gestion antidémocratique et affairiste de la coordination », soutient M. Dicko. Ainsi, est-il reproché au président Guindo d’avoir favorisé l’entrée de Bréima Tolo au gouvernement de la transition comme ministre des potes et des nouvelles technologies.

« Guindo a laissé la liste de la COPAM au profit de son neveu et de son cousin, qu’on ne connaît pas, qu’on a jamais vu », soutient un membre du mouvement pro-junte. Par ailleurs, les opposants d’ Amion Guindo lui reprochent son comportement dictatorial tout au long des six mois. Il a toujours pris des décisions sans aviser les autres soutient-on à la Copam qui traverse actuellement des heures difficiles.

Lire aussi :

 Crise au Mali : Dioncounda Traoré réclame l’aide de l’ONU