Mali : près de 200 terroristes neutralisés et des centaines de suspects interpellés

Les Forces armées maliennes

Les forces de défense et de sécurité du Mali n’ont pas chômé durant l’année 2019, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Au total, près de 200 terroristes ont été neutralisés tandis que des centaines de suspects ont été interpellés. C’est le Président Ibrahim Boubacar Keïta qui a dressé ce bilan.

Durant l’année 2019, le Mali a été la cible d’attaques terroristes et la dernière en date a été enregistrée le 6 janvier dernier. C’était une attaque meurtrière contre une patrouille des Forces armées, à Niono et Yoro dans le cercle de Koro, faisant au moins 10 morts dont cinq civils. Durant l’année écoulée, les forces de défense et de sécurité étaient en constante alerte. Cette mobilisation de l’armée a été payante puisque près de 200 terroristes ont été neutralisés et des centaines de suspects interpellés; courant 2019.

C’est le Président Ibrahim Boubacar Keïta qui a dressé ce bilan, ce dimanche 19 janvier 2020,  dans son discours à la Nation, à l’occasion de la Fête de l’Armée du 20 janvier. « Nos forces de défense et de sécurité payent certes un lourd tribut à l’insécurité. Mais il n’y a aucun doute qu’elles montent en capacité », a-t-il souligné, avant d’indiquer qu’elles « s’habituent de plus en plus à la guerre asymétrique et qu’ils en maîtriseront l’art très bientôt ».

« Il est devenu d’une limpide que le terrorisme est venu pour détruire nos Etats, semer le chaos dans nos villages, dans nos villes, et répandre la désolation dans chacun de nos foyers. Mais nous ne nous laisserons pas devenir un champ de ruines. Nous refusons de saigner plus longtemps », rassure le Président Ibrahima Boubacar Kéita dont les propos ont été repris par divers médias internationaux.

Le Mali et le Burkina Faso sont les deux pays les plus touchés par le terrorisme, à travers des attaques souvent meurtrières, menées par le groupe djihadiste d’Afrique de l’Ouest. Et le décompte macabre fait état de 1 500 cas de décès, civils et militaires.