Mali : premier conseil des ministres du gouvernement de transition

Baptême de feu du gouvernement de transition de Cheick Modibo Diarra. Le premier Conseil des ministres s’est tenu ce mercredi au palais de Koulouba sous la présidence du président de la République par intérim, Dioncounda Traoré. Le conseil a adopté un projet de loi portant amnistie générale du comité national pour la restauration de la démocratie et le redressement de l’Etat (CNRDRE).

Le gouvernement de transition malien, qui comprend vingt-quatre ministres s’est enfin réuni ce mercredi, deux semaines après sa formation. A l’ordre du jour de ce premier conseil ordinaire des ministres, le projet de loi portant amnistie générale du comité national pour la restauration de la démocratie et le redressement de l’Etat (CNRDRE). Ce texte qui a été adopté s’inscrit dans le cadre des accords entre le Médiateur de la Cedeao et le CNRDRE dont l’article 7 prévoit l’adoption d’une loi d’amnistie générale au profit des membres du CNRDRE et de leurs associés. L’amnistie accordée couvre toutes les infractions ainsi que leurs tentatives ou complicités, prévues et punies par les textes en vigueur commises sur le territoire national en lien avec la mutinerie ayant abouti à la démission du président de la République Amadou Toumani Touré.

Gouvernement de mission

Deux principales missions sont assignées à ce gouvernement de transition. Il s’agit de la réunification du pays et de l’organisation des élections. C’est pourquoi le président par intérim Dioncounda Traoré a invité les ministres à former un bloc uni et solidaire pour rassembler les Maliens. Des Maliens qui font partie des priorités du Premier ministre Diarra qui a lancé un appel pour des aides en nourriture et soins.
Il a par ailleurs rappelé l’urgence de secourir les populations du Nord du Mali, en cette période d’hivernage. Le Nord Mali où les islamistes d’Ançar Dine et leurs alliés d’Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) renforcent chaque jour leurs positions. Cela en recrutant des jeunes désœuvrés sans emplois qui sont formés au maniement des armes sur instruction des combattants pakistanais qui ont été vus ces derniers jours à Goa et Tombouctou.

Pendant ce temps à Bamako, une mission de de la Cedeao conduite par le chef de la diplomatie burkinabé Djibril Bassolé et le ministre ivoirien de l’Intégration africaine séjourne dans la capitale malienne. Les émissaires de l’organisation sous régionale tentent de trouver avec l’ex junte un accord sur la durée de transition qui constitue actuellement la pomme de discorde entre les deux parties.

Lire aussi :

 Gilles Yabi : « La crise au Mali s’inscrit dans la durée »

 Mali : la Cédéao fixe la transition à douze mois