Mali : Modibo Diarra, candidat à la présidentielle

L’ancien Premier ministre malien, Cheick Modibo Diarra, se porte candidat à l’élection présidentielle au Mali. Seize candidats participeront au premier tour du scrutin prévu le 28 juillet. Cette candidature de l’astrophysicien sonne comme une revanche à la suite de sa démission forcée en décembre par l’ex-junte du capitaine Sanogo.

Cheick Modibo Diarra de retour aux affaires ? L’ancien Premier ministre malien se porte en tout cas candidat à l’élection présidentielle au Mali. Il fait donc partie des seize postulants à la magistrature suprême dont le premier tour est prévu le 28 juillet.

Une candidature programmée ? En 2008 déjà, l’astrophysicien malien Cheikh Modibo Diarra, alors président de Microsoft Afrique, n’écartait pas l’idée d’être un jour candidat à une élection présidentielle au Mali : « J’ai plus de 35 ans, je peux participer à toutes les élections. Donc, rien ne m’interdit de briguer la magistrature suprême », avait répondu l’ancien agent de la National Space Agency (NASA) américaine à un journaliste du quotidien malien Les Echos.

Plusieurs sondages publiés en avril 2013 ont fait état du souhait des Maliens de voir l’ancien Premier ministre se porter candidat à l’élection présidentielle. Après sa tournée africaine, il n’avait pas exclu de postuler à la fonction suprême même s’il ne l’avait pas annoncé officiellement.

Diarra VS Sanogo ?

Modibo Diarra a été nommé Premier ministre formant l’exécutif avec le président de la transition Dioncounda Traoré, à la suite du renversement de Amadou Toumani Traoré (ATT) en mars 2012 par la junte du capitaine Sanogo. Cette même rébellion a poussé le chef du gouvernement à quitter son poste en décembre dernier, car il était devenu gênant en prônant l’intervention française au Mali et l’organisation rapide de la présidentielle.

Il se trouve que le fameux capitaine Sanogo est toujours aux affaires à Bamako. Le directeur de publication du journal indépendant Le Républicain Boukary Daou en a fait les frais. Lorsqu’il a publié dans son journal une lettre de militaires mécontents des avantages financiers du chef de la junte depuis qu’il occupe ses nouvelles fonctions, il a été arrêté et placé en détention. Avant d’être libéré sous la pression sociale. Sanogo est, en outre, très influent. Il influencerait le président de la transition Dioncounda Traoré qui lui a offert le poste de chef de file de la réforme de l’armée malienne.

Cheick Modibo Diarra garde en tête sa démission contrainte par la junte. S’il est élu, rien n’exclut qu’il règle ses comptes avec ses détracteurs, eux qui l’ont écarté du pouvoir pour continuer à régner en maîtres au Mali.