Mali : les précisions de Madrid après une sortie d’Albares sur l’Otan

José Hornero Góme, ambassadeur d'Espagne au Mali
José Hornero Góme, ambassadeur d'Espagne au Mali

L’Ambassadeur accrédité au Mali, José Hornero Gómez, convoqué par le gouvernement malien suite aux propos du ministre espagnol des Affaires étrangères, a donné des assurances à Bamako. L’Espagne avait confié ne pas exclure une intervention militaire de l’Otan au Mali.

«L’Espagne n’a pas demandé, pendant le sommet de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN), ni à aucun autre moment, une intervention, mission ou une action quelconque de l’Alliance au Mali», a précisé l’Ambassadeur accrédité par le royaume d’Espagne à Bamako, dans son communiqué rendu public, hier, samedi 2 juillet 2022. «L’Espagne réaffirme ses liens profonds d’amitié et de coopération avec le Mali et continuera à développer une relation pacifique et amicale avec le Mali», a poursuivi l’Ambassadeur espagnol.

Jeudi 30 juin, en marge du sommet de l’Otan à Madrid, José Manuel Albares, chef de la diplomatie espagnole, interpellé sur une intervention de l’Alliance militaire au Mali, avait déclaré : «si cela représentait une menace pour notre sécurité, nous le ferions». Le diplomate espagnol s’appuyant sur une nouvelle feuille de l’Otan, qui prend désormais en charge les menaces hybrides telles que terrorisme et l’immigration illégale. L’Alliance militaire ayant élargi son champ d’action qui inclut le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord et le Sahel.

Vendredi, au lendemain de la sortie d’Albares, le ministre malien des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, a jugé que «ces propos sont inacceptables, inamicaux, graves, parce qu’ils tendent à encourager une agression contre un pays indépendant et souverain». Le chef de la diplomatie malienne avait ajouté : «nous avons demandé des explications, une clarification de cette position au gouvernement espagnol. Nous espérons que cela va venir assez rapidement». Réponse qui est donc tombé ce samedi.

Lire : Bamako rejette toute intervention de l’Otan au Mali et lui rappelle sa responsabilité dans le chaos libyen