Mali : les grands voyageurs face aux nouvelles réalités de l’immigration

L’immigration malienne n’est plus ce qu’elle était. Au départ, les habitants du pays ouest-africain quittaient plutôt leur terre pour celle des pays voisins. Aujourd’hui, ils visent l’Europe ou les Etats-Unis par tous les moyens et au péril de leur vie. Les autorités estiment notamment que l’hémorragie perdurera tant que les règles du commerce international ne seront pas revues.

Amadou Keita, un ancien instituteur de 80 ans, a passé sa vie à essayer de comprendre et d’influencer les jeunes.

Mais pour Amadou Keita qui connaît bien la jeunesse malienne, les efforts entrepris pour dissuader ces dizaines de milliers de jeunes de partir à l’étranger chaque année sont vains.
« Depuis la nuit des temps, nous autres, les Maliens, avons été de grands voyageurs », a-t-il déclaré.

« Certains d’entre nous partent pour acquérir de nouvelles compétences, d’autres quittent le Mali par goût de l’aventure, ou pour faire fortune. Avant même que Christophe Colomb ne découvre l’Amérique, un jeune roi du Manding, Aboubakri II, avait quitté le Mali et était parti à la découverte du monde. Il n’est jamais revenu », a-t-il poursuivi.

A l’heure actuelle, les Maliens migrent encore plus qu’avant. Selon le ministère malien des Affaires étrangères, quatre millions, soit plus d’un tiers des 11,7 millions d’habitants que compte le pays, vivent à l’étranger.

Des milliers d’autres ressortissants ouest-africains migrent vers l’Europe pour échapper à la pauvreté et au chômage qui frappent leur pays. Une fois établis à l’étranger, ils envoient de l’argent à leur famille puis reviennent s’installer dans leur pays d’origine avec un nouveau statut social et de l’argent à investir.

Les avantages de l’immigration sont devenus un thème du folklore moderne en Afrique de l’Ouest et inspirent des chansons et des sites Internet, dominent les conversations et encouragent de plus en plus de jeunes à tenter l’aventure.

La migration est ancrée dans la culture malienne

Selon Sally Findley, spécialiste de la migration, la migration malienne remonterait au IVème siècle. Depuis au moins les deux derniers siècles, les paysans maliens quittent leur domicile durant la saison sèche et n’y retournent qu’à la saison des pluies, lorsque les conditions de vie sont meilleures.

« La migration est la solution adoptée par les Maliens pour faire face à la pauvreté cyclique que connaît la région », a souligné Sally Findley, professeur au Centre de la population et de la santé de la famille à l’Université de Columbia à New York, dans un document publié en 2004 par l’Institut pour les politiques de migration basé à Washington.

La migration est tellement ancrée dans la culture que dans certaines régions, les jeunes n’ont pas le droit de se marier tant qu’ils n’ont pas vécu à l’étranger, a expliqué l’historien malien Amadou Sylla.

D’après M. Sylla, les gens âgés entre 18 et 35 ans, toutes classes sociales confondues, sont convaincus que seule la migration permet d’acquérir un sens des valeurs. Selon eux, en migrant, ils peuvent aider leur famille et finalement mener une vie meilleure une fois de retour dans leur pays d’origine.

Le ministère des Affaires étrangères a indiqué que les envois de fonds de la diaspora dépassaient les 200 millions de dollars américains par an, soit plus de la moitié de l’ensemble des recettes d’exportation du Mali.

« En immigrant, les Maliens investissent dans leur pays », a déclaré Abdramane Cherif Haidara, directeur du Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur. « Certains financent la construction d’écoles ou de centres sanitaires dans leur région d’origine ».

En revanche, comme le prouvent les résultats d’une étude menée dans la région de Kayes (Ouest), la migration vide le pays de sa main d’oeuvre agricole.

Mais comme le souligne Flore Gubert, de l’Université d’Auvergne et auteur de l’étude, ces transferts de fonds représentent le moyen le plus fiable de protéger les foyers agricoles de l’insécurité alimentaire.

« Sans l’aide financière des émigrés, les deux sécheresses de 1973 et 1984 auraient eu des conséquences encore plus importantes », a-t-il rapporté.

Pourquoi l’Europe ?

Selon Sally Findley, les Maliens ne migraient autrefois que vers les pays voisins du Mali. Ce n’est qu’à partir de l’époque coloniale, qu’ils ont commencé à migrer vers l’Europe.

« Les premiers Maliens à s’être établis en France sont ceux qui ont combattu pour la France pendant les deux guerres mondiales. Après la Deuxième Guerre mondiale, beaucoup d’anciens soldats et une longue lignée d’émigrés ont quitté le Mali pour la France, ont travaillé dans les usines d’automobiles et ont participé à l’accroissement de la population urbaine française », a-t-elle ajouté.

A l’heure actuelle, au moins un demi million de Maliens vit en Europe et en Amérique du Nord. Alors que les autorités européennes redoublent d’efforts pour juguler l’immigration africaine, les Maliens eux font tout ce qu’ils peuvent pour quitter leur pays.

Au cours des dix dernières années, les conflits armés qui ravagent l’Afrique, dont celui que connaît le nord du Mali, ont modifié l’ancien modèle d’immigration inter-africaine. Par exemple, en raison du conflit en Côte d’Ivoire, les Maliens ont cessé de se rendre dans ce pays voisin, où ils avaient l’habitude de trouver du travail.

En effet, le conflit ivoirien, qui a entre autres origines la revendication du droit à la citoyenneté, a contraint des milliers d’émigrés maliens et burkinabés de quitter la Côte d’Ivoire et les envois de fonds ont fortement chuté.

En outre, le commerce a également accusé une forte baisse car les négociants du Mali, un pays enclavé, n’ont plus accès aux ports ivoiriens.

« Compte tenu des pressions supplémentaires exercées par les conflits qui sévissent dans les pays voisins, on peut s’attendre à ce que l’immigration vers l’Europe et les Etats-Unis continue de croître », a indiqué Mme Findley.

« L’immigration est à la fois encouragée par les familles qui en tirent profit et par le gouvernement pour qui les transferts de fonds de la diaspora constituent une énorme valeur ajoutée ».

Pour le gouvernement malien, a-t-elle expliqué, il s’agit de « continuer à maintenir l’équilibre entre les enjeux économiques que représente l’immigration et la pression exercée par les pays étrangers, qui cherchent à combattre l’immigration », a-t-elle noté.

Les migrants prennent de plus en plus de risques

Depuis un an, beaucoup d’Etats ont renforcé leurs dispositifs de lutte contre l’immigration clandestine. Par exemple, des centaines de Maliens et autres ressortissants ouest-africains qui tentaient de pénétrer illégalement dans les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla au Maroc ont été refoulés.

Selon Amnesty International, une organisation de défense des droits de l’homme basée à Londres, au moins une douzaine d’immigrés ont trouvé la mort en 2005 alors qu’ils essayaient de franchir des clôtures de fil barbelé de ces enclaves. Certains ont été abattus et d’autres ont péri empalés.

Enfin, plusieurs migrants ont été relâchés dans le Sahara et sont morts de déshydratation et de fatigue alors qu’ils descendaient vers le sud et croisaient de nouveaux candidats à l’immigration, qui remontaient vers le nord, a précisé Amnesty International.

Certains migrants clandestins choisissent parfois des moyens peu orthodoxes pour immigrer. Ainsi, en septembre dernier, un jeune homme s’est fait arrêter par la police de l’aéroport de Bamako alors qu’il tentait d’embarquer à bord d’un avion pour l’Europe, en possession de faux papiers. Pour trois millions de francs CFA [5 820 dollars américains], ce jeune Malien a vendu les biens de sa famille et s’est acheté un billet d’avion, mais maintenant il n’a plus rien, a fait savoir la police de l’aéroport.

D’autres ont renoncé à emprunter les vieilles routes terrestres, qui mènent vers le nord, et préfèrent mettre le cap vers l’ouest, en longeant les côtes sénégalaises et mauritaniennes. Ainsi ces candidats à l’immigration clandestine rejoignent des dizaines de milliers d’autres Ouest-Africains qui, chaque année, bravent les éléments à bord de pirogues à destination de l’archipel espagnol des Canaries.

Beaucoup périssent en mer pendant la traversée. Selon les indications du gouvernement espagnol, au moins 500 personnes sont mortes pendant la traversée et d’autres corps ont échoué sur les côtes africaines.

« Certains se sont suicidés », a déclaré Mamadou Keita, responsable de l’association ‘Retour, travail, dignité’ qui aide les émigrés à se réinsérer dans la société malienne. Il s’agit d’un trafic interminable qui ne mène à rien, rares sont ceux qui atteignent leur destination, a-t-il regretté.
Face à tous ces risques, Mamadou Keita et d’autres Maliens cherchent des solutions.

« La plupart d’entre nous ne partirait pas s’il y avait du travail dans notre pays », a affirmé Alfousseiny Kampo, qui a tenté en vain de rejoindre l’Europe avant de devenir membre de ‘Retour, travail, dignité’.

« Nous rêvons de partir en Occident car nous pensons que seul l’Occident peut nous permettre de mener une vraie vie », a-t-il confié.

Un espoir…mais quel espoir ?

En septembre dernier, l’Union européenne avait promis de verser au Mali 426 millions d’euros (soit 525 millions de dollars américains) sur cinq ans afin de « combattre l’immigration clandestine ». L’argent devait servir non pas à renforcer les contrôles aux frontières, mais à promouvoir la création de projets et d’emplois.

« Il n’y a pas de solutions miracles », avait alors rappelé Irene Horejs, chef de la Délégation de l’Union européenne au Mali. « Nous devons nous attaquer aux problèmes fondamentaux de la pauvreté et du développement au Mali ».

Peu de responsables maliens pensent que l’argent changera la situation.

« L’immigration continuera, à moins que nous ne résolvions des problèmes cruciaux comme celui de l’inégalité des règles du commerce international », a prévenu Oumar Hamadoun Dicko, le ministre malien des Affaires étrangères, en faisant référence aux subventions versées par les gouvernements occidentaux aux agriculteurs. « Les agriculteurs africains n’ont aucun poids, ils n’existent pas sur les marchés mondiaux », a-t-il déploré.

Par exemple, au Mali, les producteurs de coton sont particulièrement touchés par les règles du commerce international.

Selon Aminata Dramane Traoré, sociologue et ancienne ministre de la Culture, la guerre que mène les pays occidentaux contre l’immigration clandestine est une véritable guerre contre la jeunesse malienne, qui ne peut pas travailler dans son pays d’origine car l’Occident à saper les fondements de l’agriculture malienne et qui ne peut pas s’expatrier pour trouver un emploi dans un autre pays.

Pire encore, « les gouvernements africains n’osent pas dénoncer les politiques partisanes et superficielles élaborées par l’Europe parce qu’elle leur a promis une nouvelle aide », a-t-elle affirmé.

Contrairement aux migrants saisonniers, les Maliens qui parviennent à atteindre l’Europe ont des difficultés à rentrer au pays, et ce au grand désespoir des mères.

« Un beau matin, mon fils aîné, Madou, a décidé de partir ; c’était en 2000 », s’est souvenu Coumba Diallo. « Je n’ai plus jamais entendu parler de lui. Je ne sais même pas s’il est encore en vie. Mon voeu le plus cher est de l’avoir de nouveau à mes côtés, je n’ai que faire de l’argent ».

Pour Moussa Maiga, aucun autre choix ne s’offre à lui, il doit partir.

« J’ai eu ma licence il y a quatre ans, j’étais censé représenter l’espoir de la famille », a-t-il confié. « Je ne peux pas rester ici sans rien faire ».

Moussa Maiga envisage de partir bientôt en Espagne et préfère risquer la noyade en mer que la déshydratation en plein désert.
« Je n’ai pas peur », a-t-il conclu, « tout le monde doit suivre son destin. Si je meurs ou finis derrière les barreaux, c’est que c’est ma destiné et que rien ne peut y changer. »