Mali : le retour d’Amadou Toumani Touré toujours en question


Lecture 2 min.
arton47014

Un millier de partisans de l’ancien Président malien Amadou Toumani Touré se sont rassemblés, jeudi, à Bamako pour réclamer son retour. L’ex-dirigeant est en exil, depuis 2012 au Sénégal, où il s’est réfugié après le coup d’Etat à son encontre, mené par l’ex-capitaine Amadou Sanogo.

Amadou Toumani Touré pourra-t-il revenir au Mali ? La question fait actuellement débat dans le pays. Un millier de ses partisans se sont rassemblés, jeudi, à Bamako pour réclamer son retour. Même son de cloche à Mopti et Gao, où un rassemblement similaire a eu lieu. Pour les sympathisants de l’ancien Président malien, en exil depuis 2012 au Sénégal, il a un rôle à jouer dans la reconstruction de la paix dans le pays.

Seulement, les autorités ne l’entendent pas de cette oreille. L’ex-dirigeant déchu est en effet menacé d’un procès pour « haute trahison », même si pour le moment aucune preuve n’a été trouvée pour étayer ces accusations. D’autant que fin décembre 2013, le gouvernement malien l’avait notamment mis en cause pour avoir, pendant son mandat, laissé le Nord tomber aux mains des groupes armés. Pas plus tard qu’en juillet 2014, l’Assemblée nationale a ouvert une enquête pour décider d’éventuelles poursuites. Mais le rapport qui devait être présenté en séance plénière à l’ensemble des députés maliens, en avril, a fuité le 13 mars, mettant Bamako dans l’embarras.

Après un coup d’Etat, en mars 2012, mené par l’ex-capitaine Amadou Sanogo, Amadou Toumani Touré s’est exilé au Sénégal où il s’est réfugié. Le président s’est depuis terré dans le mutisme, refusant de parler à la presse. Le coup d’Etat à son encontre avait entraîné la prise du nord-Mali par des groupes armés, qui ont soumis la population à leur loi. Une situation qui avait entraîné l’intervention militaire de la France et de plusieurs troupes africaines, dont tchadiennes et nigériennes, sans compter la force de l’ONU.

Depuis la paix n’est toujours pas de retour au nord-Mali toujours confronté aux groupes armés qui rodent dans la région. Des attentats y sont toujours régulièrement mené incitant la population à toujours rester sur ses gardes.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter