Mali : le dérapage d’un soldat français ?

La photo d’un soldat français, engagé dans la guerre au Mali, dérange. Et pour cause ? Le militaire de l’armée française pose avec le visage couvert d’un foulard noir teinté d’une tête de mort ressemblant à un personnage de jeu vidéo. Depuis lundi, la photo défraie la chronique sur Internet. L’état-major français s’est empressé de dissocier cet acte isolé de l’intervention militaire française au Nord-Mali.

Ghost débarque au Mali. Depuis lundi, la photo d’un soldat français, engagé dans la guerre au Mali, fait sensation sur Internet. Et pour cause, le militaire de l’armée française pose tout simplement avec le visage couvert d’un foulard noir teinté d’une tête de mort qui ressemble à Ghost, le personnage du jeu vidéo de guerre Call of Duty. L’état-major de l’armée française s’est empressé de réagir avant que la polémique enfle sur la toile.

« Cette image n’est pas représentative de l’action que conduit la France au Mali à la demande de l’État malien et de celle que mènent ses soldats souvent au péril de leur vie », a déclaré le colonel Thierry Burkhard, porte-parole de l’état-major, lors d’un point de presse, rapporte LePoint.fr. « C’est un comportement qui n’est pas acceptable », a-t-il ajouté.

Les réseaux sociaux en ébullition

Comme souvent, les réactions sont plus vives sur Internet. Les réseaux sociaux n’ont pas tardé à se saisir de cette photo, prise par un photographe de l’AFP à Niono, dans le centre du Mali. Le problème de cette photo, selon les internautes, c’est la ressemblance frappante entre le « masque » du soldat français, posant devant un tank, avec le personnage Ghost, du jeu vidéo de guerre Call of Duty.

Ce qui scandalise les internautes qui pensent que la guerre n’est pas un jeu. Du côté de l’armée française, l’heure n’est pas encore à la sanction : le colonel Thierry Burkhard confie que l’identité du militaire français, posant sur cette photo polémique, est « en cours d’identification ».

Selon le photographe de l’AFP, Issouf Sanogo, le militaire français n’a pas cherché à choquer. Il s’agirait d’une erreur d’interprétation. Sud-Ouest résume le contexte de cette photo sujette à controverse : « Le soldat ne posait pas […] Le gars ne faisait que se tenir là, en se protégeant le visage de la poussière ». Il s’agirait, donc, d’un malentendu ? Affaire à suivre…