Mali : la paix et la sécurité au menu des débats à Bamako

«La paix et la sécurité» sont le thème principal que discutent, depuis hier, les ministres des Affaires étrangères du Mali, de l’Algérie, du Tchad, de la Libye et du Niger qui préparent le terrain pour un sommet des chefs d’Etat de ces pays qui aura lieu incessamment.

Les chefs d’état des pays du Sahel se pencheront dans les prochains jours sur les problèmes liés à la paix et la sécurité dans la région. Les ministres des Affaires étrangères du Mali, d’Algérie, du Tchad de Libye et du Niger qui s’y penchent depuis dimanche, dans la capitale malienne, Bamako, cherchent à élaborer une plate-forme commune à soumettre aux présidents de leurs pays qui la discuteront lors de leur prochain sommet.

L’Algérie est représenté par Abdelkader Messahel, le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines. L’Algérie, qui affiche son profond attachement à la nécessité de sécuriser la région du Sahel qui reste le lieu de transit privilégié des terroristes d’Al Qaida aux pays du Maghreb Islamique insiste aussi sur la nécessité de dégager des solutions appropriées au problème sécuritaire dont la solution exige la conjugaison des efforts des pays concernés. La tenue du sommet des chefs d’état des pays du Sahel reste une initiative du président malien qui a invité ses homologues du Sahel à une concertation autour d’un thème qui reste la, préoccupation majeure de la communauté internationale.

L’étroite collaboration des pays de la région, tous concernés par le fléau terroriste et celui du trafic de stupéfiants à grande échelle est vivement recommandée par les participants qui expriment une profonde volonté de se conformer aux exigences de la communauté internationale relative à la lutte farouche contre le terrorisme. La solide expérience algérienne dans le domaine de la lutte anti-terroriste plaide en sa faveur dans la prise de décision et le dégagement de solutions en mesure d’endiguer ce phénomène dévastateur qui ensanglante de plus en plus les différentes régions du monde. L’Algérie dont la porosité des frontières avec ses voisins du Sahel suscite une mobilisation parmi les services de sécurité milite en faveur du resserrement de l’étau autour des différents groupes terroristes qui écument le désert, terreau privilégié des narcotrafiquants.

L’élaboration d’un plan d’action régional, qui est en discussion depuis hier dans la capitale malienne, est une initiative que saluent tous les participants qui souhaitent établir la paix et de la sécurité dans la région du Sahel.