Mali : l’ombre du Mujao plane toujours sur Gao


Lecture 2 min.
arton36219

L’armée malienne a interpellé six personnes suspectées d’être à l’origine des tirs à l’arme lourde qui ont eu lieu à Gao, la plus grande ville du nord-Mali. Ces tirs sont intervenus après l’arrestation en début de semaine d’Aliou Mahamar Touré, un ex-pilier du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), un des groupes armés qui ont occupé le nord.

C’est en tout six personnes que l’armée malienne a interpellé au lendemain des tirs à l’arme lourde qui ont eu lieu à Gao, la plus grande localité du nord-Mali. Heureusement qu’il y a eu plus de peur que de mal, puisque aucune victime n’a été déplorée. « Les obus n’ont pas causé de dégâts », a déclaré un membre de l’état-major de l’armée malienne à Gao. Selon lui, des groupes jihadistes seraient à l’origine de ces tirs à l’arme lourde qui n’ont atteint aucune cible.

Ces tirs sont intervenus après l’arrestation en début de semaine à Gao, d’Aliou Mahamar Touré, ancien chef de la « police islamique » de la ville, pendant l’occupation de groupes armés au nord-Mali, en 2012. Il était un pilier du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), un des groupes armés qui ont occupé le nord-Mali. Originaire de Gao, il était le Malien le plus gradé dans les rangs des islamistes armés et n’hésitait pas à appliquer la charia (loi islamique) avec une extrême rigueur. Il a même été accusé par plusieurs témoins d’avoir coupé des mains de voleurs présumés et fouetté en public des femmes qui ne portaient pas le voile islamique.

Ces tirs proviendraient-ils d’éléments du Mujao qui voudraient se venger de l’arrestation d’Aliou Mahamar Touré ? Bien qu’affaiblis, les groupes qui avaient occupé le nord-Mali restent toujours actifs dans la région, où ils commettent régulièrement des attentats meurtriers. Et le Mujao n’a sûrement pas l’intention de quitter Gao, son terroir.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter