Mali : l’état d’urgence prolongé jusqu’au 31 mars 2016

Le gouvernement a prolongé l’état d’urgence jusqu’au 31 mars 2016, qui a été instauré deux fois de suite depuis les attentats terroristes contre l’hôtel du Radisson, à Bamako.

Le Mali toujours sous la menace terroriste. Le gouvernement et l’Assemblée nationale ont autorisé la prorogation jusqu’au 31 mars 2016 de l’état d’urgence. Il avait déjà été instauré à deux reprises depuis l’attentat terroriste contre l’hôtel américain huppé de Bamako, le Radisson Blu, en novembre, selon des sources officielles. Il avait été proclamé le 20 novembre une première fois pour dix jours au soir de l’attaque contre l’hôtel puis de nouveau le 22 décembre pour une nouvelle période de dix jours.

Selon une source parlementaire, le texte a été voté mardi par l’Assemblée nationale, à l’unanimité par des députés présents à l’hémicycle lors de discussions. « Le gouvernement a présenté lundi en conseil des ministres extraordinaire un projet de loi autorisant la prorogation de l’état d’urgence en raison des menaces graves sur la sécurité des personnes et de leurs biens », selon un communiqué officiel.

Toutefois, l’opposition parlementaire, qui a voté le projet de loi, a demandé « plus de rigueur dans son application afin d’éviter une banalisation de la mesure ».

Le Mali fait toujours face à des attaques terroristes, non seulement dans le nord mais aussi dans la capitale Bamako. Les groupes armés qui ont envahi le nord en 2012 rodent toujours dans la région, bien qu’ils aient été officiellement chassé par les forces françaises qui sont intervenues pour les empêcher de descendre vers Bamako. Mais ces groupes ont toujours une capacité de nuire et préparent régulièrement des attentats, qui mettent en péril la sécurité du Mali.