Mali : l’émir d’Aqmi, Abou Zeid, aurait été tué

Le dirigeant d’Aqmi Abou Zeid aurait été tué dans un raid français au nord du Mali, selon la chaîne de télévisions algérienne Ennahar TV. L’information n’a pas encore été confirmée par les autorités algériennes.

L’Emir algérien Abdelhamid Abou Zeid, un des chefs d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), aurait été tué par les forces militaires françaises au Nord-Mali, selon la chaîne de télévision algérienne Ennahar TV. D’après le site Internet du média, le cadavre a été découvert parmi 40 autres corps enterrés dans une fosse commune.

L’information n’a pour l’heure toujours pas été confirmée, ni par les autorités algériennes, ni françaises. Mais certains journaux, à l’image d’Algerie Focus, affirment détenir des photos de la dépouille d’Abou Zeid et les diffusera « prochainement ».

Le colonel Thierry Burkhard, porte-parole des armées françaises, a indiqué à l’AFP n’avoir « aucune information spécifique sur cette personne ». Toutefois, l’officier a confirmé le raid aérien opéré dans la zone d’In Sensa, détruisant ainsi six véhicules identifiés comme étant des objectifs militaires.

Le MNLA confirme la mort d’Abou Zeid

Le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) ont quant à eux confirmé la mort d’Abou Zeid. « C’est une certitude, il est mort et enterré », ont affirmé à l’AFP des notables de la ville de Kidal. Selon eux, pas moins de 45 combattants d’AQMI et du groupe islamiste Ansar Dine auraient également été tués dans le raid.

Dans le mesure où l’information serait confirmée, la mort d’Abou Zeid serait un gros coup de filet dans la lutte menée contre le terrorisme et les cellules djihadistes d’AQMI.

Abdelhamid Abou Zeïd est un émir algérien d’une cinquantaine d’années. Il dirige l’une des principales filières d’Al-Qaïda au Maghreb islamique. il a la réputation d’être un chef sanguinaire. Il serait à l’origine des enlèvements et de l’exécution du touriste anglais Edwin Dyer, tué en 2009, et de l’humanitaire français Michel Germaneau, mort en 2010.

La katibat d’Abou Zeid détient les quatre otages français capturés au Niger sur un site d’Areva, le 16 septembre 2010. Dans une vidéo publié le 25 décembre 2012 par le site d’information mauritanien Sahara Media, Abou Zeid reproche à la France de bloquer les négociations pour la libération des quatre otages français.