Mali : Ibrahim Boubacar Keïta et Boubou Cissé « arrêtés » à Bamako ?

Boubou Cissé et IBK

Alors qu’une mutinerie a éclaté au Mali, le chef de l’Etat malien, Ibrahim Boubacar Keïta, et son Premier ministre, Boubou Cissé, ont été « arrêtés » en fin d’après-midi de ce mardi 18 août 2020, à Bamako.

L’information a été donné par la presse, notamment française, qui a indiqué qu’un des chefs de la mutinerie a révélé que le chef de l’Etat malien Ibrahim Boubacar Keïta et son Premier ministre, Boubou Cissé, ont été « arrêtés » en fin d’après-midi à Bamako. Un porte-parole militaire malien a confirmé que des coups de feu ont été tirés sur la base de Kati, à environ 15 km de la capitale.

Selon une source des services de sécurité et un fonctionnaire du bureau du Premier ministre, les soldats maliens ont rassemblé, ce mardi 18 août 2020, plusieurs hauts responsables civils et militaires pour les ramener à leur base.

« Nous pouvons vous dire que le président et le Premier ministres sont sous notre contrôle. Nous les avons arrêtés chez lui (…). IBK et son Premier ministre sont dans un blindé en route pour Kati », ont indiqué les soldats mutins. A noter que Kati est le camp militaire de la banlieue de Bamako où la mutinerie a débuté dans la matinée.

La France, par le canal du Quai d’Orsay, a indiqué avoir « pris connaissance, avec inquiétude, de la mutinerie qui s’est engagée aujourd’hui à Kati au Mali. Elle condamne avec la plus grande fermeté cet événement grave. A cet égard, la France partage pleinement la position exprimée par la communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) dans le communiqué qu’elle vient de faire paraître et qui appelle au maintien de l’ordre constitutionnel et exhorte les militaires à regagner sans délai leurs casernes », a mis en garde Jean-Yves Le Drian.