Mali : IBK décrète l’état d’urgence après l’attaque de Bamako

Le Président malien Ibrahim Boubacar Keïta a tenu un Conseil des ministres extraordinaire dans la soirée de ce vendredi et a décrété l’état d’urgence pour dix jours.

Le Président malien Ibrahim Boubacar Keïta a tenu un Conseil des ministres extraordinaire dans la soirée de ce vendredi, après l’attaque sanglante de l’hôtel Radisson Blu de Bamako, le même jour. Le dirigeant a décrété dix jours d’état d’urgence et trois jours de deuil national en hommage aux victimes.

Ces mesures ont été décidées lors d’un Conseil des ministres extraordinaire présidé jusque tard vendredi soir par le chef de l’Etat Ibrahim Boubacar Keïta, rentré précipitamment en fin de journée d’un sommet de pays du Sahel à N’Djamena, au Tchad, relève RFI

« Ce Conseil des ministres extraordinaires a donc pris les mesures suivantes : décret de l’état d’urgence dès ce jour, vendredi à partir de minuit, mise en berne de tous les drapeaux sur l’ensemble du territoire national et dans nos ambassades et consulats, deuil national de trois jours à compter du lundi 23 novembre à 00h00 », a indiqué le chef de l’Etat.

Evoquant un « message grave et solennel », Ibrahim Boubacar Keita rassure « que chacun et chacun garde son calme, sa confiance en la République qui saura défendre ses fils au-dedans comme au-dehors. Unis, nous vaincrons les forces du mal et de la terreur. La terreur ne triomphera pas dans le pays des fiers et courageux ancêtres que nous avons tant chantés ».

Vendredi matin, un commando a fait irruption dans l’hôtel Radisson Blu de Bamako, prenant en otages quelque 170 personnes. Après un assaut des forces maliennes aidées par la MINUSMA, le GIGN, les soldats américains et français, les otages ont été libérés. L’attaque a fait une vingtaine de morts.